Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique : ce n’est vraiment pas de chance

Ce n’était pas de chance. Elle avait oublié de réserver sa sage-femme.  Non qu’il manque de personnel dans la maternité. Mais pour le jour où on vient accoucher, on prend soin de réserver une sage-femme qu’on connaît. C’est autrement plus important que de réserver une chambre ou un lit.

Elle arrive donc à la maternité, les douleurs de l’enfantement bien avancées, à la merci d’une sage-femme qui ne la connaît ni d’Eve ni d’Adam. Elle savait que la chaleur et le sourire n’étaient pas nécessairement compris dans le forfait mais s’était mal préparée à l’accueil du cerbère qui l’accompagnerait dans la salle de travail.

Pendant quelques secondes, la sage-femme évalue la mise de la parturiente, sans discrétion. Puis, d’un air dédaigneux, elle pose la question fatale : « Avez-vous de l’argent ? ».

Entre deux contractions, la jeune femme répond qu’elle a de l’argent. Elle ne sait pas encore combien il lui faudra débourser pour son accouchement et espère qu’il se passera bien, c’est-à-dire que la somme que sa mère garde précieusement dans son sac suffira pour acheter ce qu’il faut  jusqu’à la naissance de son enfant.

Ce n’est pas de chance. L’enfant se présente mal. En réalité, il ne se présente pas du tout. La sage-femme n’est pas contente. Pas du tout. J’espère que vous avez vraiment de l’argent, maugrée-t-elle, en auscultant la jeune femme occupée à souffrir en silence.  La future grand-mère compte et recompte ses billets : elle ne pourra pas offrir de césarienne à sa fille. Ce sera donc la ventouse, sans anesthésie, laquelle n’est pas prévue, même hors forfait.

Après quarante heures de travail, Mahery le bien-nommé voit le jour. Il était temps. On le réanime pendant qu’on recoud sa mère qui appelle Dieu à l’aide. Dans l’émotion, la grand-mère a oublié de surveiller ses affaires. Le pot de chambre et un sac contenant les habits du bébé ont disparu.

Mahery et sa maman sortiront de la maternité quelques jours plus tard, accompagnés par la grand-mère qui aura laissé sa carte d’identité en caution le temps qu’ils reprennent des forces.

 

KembaRanavela

Les commentaires sont fermées.