Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique : voyager ou se déplacer

« Pharabod partit de Toussus-Paris le 3 avril à 12h10. Ayant survolé une partie de la France et de la Méditerranée, il atterrit à Oran dans la soirée, à 22h30. Il venait de refaire ainsi le voyage qu’il avait fait quelques jours plus tôt et toujours sans escale. Sans prendre de repos, après ces neuf heures de vol,l’infatigable pilote quitta Oran à 23h14 et partit vers Reggan, soit un parcours d’environ 1500 kilomètres. Ayant volé toute la nuit et partie de la matinée, il atterrit le 4 avril à 10 heures, à Reggan. De nouveau, sans se reposer, il quitta Reggan à 10h45 et partit vers le Sud en direction du Tanezrouft. A 18h30, c’est-à-dire trente heures après le départ, il atterrit à Gao. Le 5 avril, il arriva à Niamey à 10 heures et vola vers le Congo belge. Il fut signalé à Luluaborg le 7. Il avait atterri là, à 15h15. On ne possède pas encore de détails sur la fin de son voyage. Une étape était prévue à Tête, sur le Phalène à Tananarive le 9 avril, à 11h05. Il avait accompli son voyage à l’allure d’un raid, en 5 jours et 20 heures et s’était révélé, sur ces grandes distances, le rival des Mollison*».

Aujourd’hui, onze heures suffisent pour rallier Antananarivo à Paris. L’aventure commence et s’arrête dans l’aérogare, dans le brouhaha de l’enregistrement des bagages ou des retrouvailles avec les siens. En avion on ne voyage plus, on se déplace. Le monde est toujours aussi vaste qu’en 1934 mais quand on habite Madagascar, on peut organiser ses vacances au-delà des mers : découvrir la Chine qui ne dort jamais à Guangzhou, s’accorder une semaine de shopping àDubai, admirer les fauves dans le parc Kruger ou encore tester le tourisme médical à Maurice.

Si vous rêvez d’expéditions et que secrètement vous portez volontiers le chapeau d’Indiana Jones ou le blouson et les lunettes de Pharabod, il n’est pas nécessaire d’aller si loin ni de s’embêter à prendre l’avion. L’intérieur de nos terres est propice aux aventures diverses et variées, aujourd’hui peut-être encore plus qu’en 1934.

 

KembaRanavela

*aviateur-pharabod.monsite-orange.fr

Les commentaires sont fermées.