Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Entrepreneuriat: le leadership féminin à développer

Entrepreneuriat: le leadership féminin à développer

150 femmes d’affaires malgaches se réunissent pendant deux jours à Anosy dans le cadre de la 2e édition du forum économique Women in business. Cette nouvelle rencontre a pour objectif de montrer le potentiel de l’entrepreneuriat féminin dans le monde des affaires à Madagascar, en dépit du long chemin qui reste à faire dans ce secteur.

On constate ces dernières années un important essor de l’entrepreneuriat féminin sur le continent africain. Pourtant, dans la plupart des cas, la majorité des femmes africaines se contente de l’entrepreneuriat faute d’accès à l’emploi.

Ainsi, ce forum d’affaires national réunit 150 femmes contre 80 l’an dernier entrepreneures, dont des entrepreneures, chefs d’entreprises, membres d’associations, membres du gouvernement, partenaires techniques et financiers. Le leadership féminin dans le monde des affaires, le commerce, la digitalisation et le développement personnel sont les thèmes développés pour cette édition avec la participation de 13 panélistes malgaches et étrangers.

« La situation est la même à Madagascar », annonce Lantosoa Rakotomalala, ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat, à l’occasion de l’ouverture du forum économique Women in business hier, à Anosy.

En effet, le rapport publié par l’Institut Roland Berger en 2018 révèle que 24% des femmes africaines créent leur propre entreprise alors qu’elles ne sont que 17% en Amérique latine, 12% en Amérique du Nord et 8% en Asie Centrale. On constate également que les femmes sont sous-représentées dans les grandes entreprises alors qu’elles sont majoritaires dans les Très petites entreprises (TPE) ou les Petites et moyennes entreprises (PME). Le manque de compétence de ces femmes entrepreneures s’ajoute à ceux-là.

Vecteur de croissance

Pourtant, « Les femmes entrepreneures peuvent très bien avoir une vision d’entreprise et dépasser ce stade de l’entrepreneuriat de subsistance », a enchaîné Lantosoa Rakotomalala.

C’est dans cette perspective que le Groupement des femmes entrepreneures de Madagascar (Gfem), à travers l’association des Femmes entrepreneures d’Antananarivo (FEA), organise la 2e édition du Women in business (WIB) qui se tient jusqu’à ce jour au Carlton Anosy.

Fanja Razakaboana, présidente du Gfem persiste et signe que « La femme est un vecteur de développement et peut être un générateur d’impact réel sur l’économie et le social du pays ».

Riana R.

Les commentaires sont fermées.