Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Le riz de Madagascar en France

La culture du riz, encore qu’elle ne soit pas appelée à prendre, à Madagascar, un aussi intense développement qu’en Indochine française, mérite cependant de retenir l’attention des pouvoirs publics. Si la culture de cette céréale y est restreinte, on y rencontre une des meilleures espèces de riz qui existe, le vary lava, dont l’usinage donne un très beau riz de luxe.

Pour en encourager la culture et en favoriser le traitement industriel, le gouverneur général a décidé d’autoriser l’exportation sur la France du riz vary lava à condition qu’il soit usiné, glacé, lustré et de la qualité dite « riz caroline ».

Les chefs de province et de district,à qui les demandes d’exportation devront être adressées, vérifieront la qualité des riz destinés à la métropole.

Des récompenses pour les indigènes malgaches travailleurs

On prête au gouvernement général de Madagascar le projet de stimuler l’émulation des indigènes par l’attribution de récompenses honorifiques.

Ces récompenses seraient d’abord décernées à ceux qui feront preuve d’initiative dans la mise en valeur du pays. Jusqu’ici on voit peu d’indigènes qui aient pris la direction d’une entreprise agricole ou même qui aient de leur initiative propre créé des domaines de culture ou agrandi un domaine déjàexistant. La perspective du Mérite Agricole sera sans doute suffisante pour secouer cette apathie.

Une suggestion intéressante à retenirest celle qui demande au gouverneur général d’attribuer la Médaille du Travail aux vieux serviteurs dont les services ont donné toute satisfaction, particulièrement à ceux qui sont employés dans les exploitations agricoles, et de réserverle Mérite Malgache aux fonctionnaires indigènes qui savent que leur tâche n’est pas terminée à la sortie du bureau.

Ces distinctions honorifiques, distribuées avec discernement, peuvent efficacement contribuer à la meilleure mise en valeur de la Grande Île. Elles stimuleront l’initiative des propriétaires, l’assiduité des ouvriers agricoles, le zèle des fonctionnaires qui seront mieux disposés à se monter les propagateurs de l’idée et de la civilisation françaises parmi les populations de Madagascar.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique