Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans: infortunés colis postaux !

Nos compatriotes de la Grande Île se plaignent – ils ont cela de commun avec les habitants de toutes nos autres colonies – de la crise des transports maritimes. En attendant la flotte d’État et les3 milliards demandés pour la construire, depuis plusieurs mois les colis postaux pour Madagascar s’accumulent à Marseille.

Les destinataires se demandent avec inquiétude dans quel état peut se trouver leur contenu. Si ce sont des matières périssables il doit y avoir longtemps qu’elles ont péri. Si ce sont des articles de mode il y a des chances pour que la mode en soit passée quand ils arriveront à Tananarive.

Et si ce sont des articles pour enfants… il n’y aura plus longtemps à attendre pour qu’ils servent aux descendants de ceux à qui ils étaient destinés !

La route Tananarive-Majunga s’impose

On se plaint dans la Grande Île de la difficulté des communications entre Majunga et Tananarive.

La route de Tananarive aboutit sur la Betsiboka théoriquement au point où cetterivière est navigable. En réalité les canonnières rencontrent à chaqueinstantdes difficultés nouvelles sur ce cours d’eau capricieux et ne peuvent presque jamais effectuer le trajet complet. On voit d’ici l’embarras des voyageurs.

Le remède serait dans la constructiond’une route de Maevatanana,terminus de la route actuelle,à Madirovalo à partir duquel la Betsiboka est toujours navigable.

Ce n’est pas d’aujourd’hui qu’en songe à établir cette route. Depuis 1900 on procède à l’étude de sonitinéraire et on est toujours en même point qu’en 1900 ! Pas tout à fait cependant.Aujourd’hui les administrations de la province et les fonctionnaires des travaux publicssont d’accord sur l’itinéraire à suivre.C’est dire que le plus gros de la besogne est fait. Il ne reste plus qu’à exécuter le tracé, l’empierrement et les travaux d’art, affaire de quelques mois pour que Tananarive soit reliée par la route au grand port de la côte ouest en attendant la voie ferrée.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique