Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

A César ce qui est à César

A César ce qui est à César

Risques d’implosion actuellement au sein de la communauté musulmane de Madagascar, suite à des manœuvres judicieuses menées par certaines personnalités en mal de pouvoir. La célébration de la fin du mois de Ramadan de cette année, illustre bien la situation fragilisée par cette tentative de schisme.

Tout le monde semble avoir été mené en bateau dans la célébration de l’Aïd el Fitr servant à marquer la fin du mois de jeûne observé par les musulmans, cette année à Madagascar. Si les savants calculs des experts en la matière, ont prévu la date du 4 juin pour la célébration, une entité qualifiée de déviationniste par la communauté musulmane malgache, s’est autoproclamée en porte-parole de ses pairs pour conseiller la modification de la date du jour férié décreté à cet effet, mettant les non-avertis en déroute.

Les autorités religieuses musulmanes, habilitées à se prononcer sur l’instauration de la date de cette célébration, ont donc condamné les actes de ces individus ayant tenté de perturber le déroulement de la prière de l’Aïd el Fitr, hier dans une mosquée de la capitale. Communiquer une date erronée à des hauts responsables étatiques pour les induire en erreur afin de satisfaire des intérêts personnels, résulte de l’hérésie, ont partelé des théologiens musulmans qui ont confirmé la tenue de la célébration pour le 4 juin suivant la phase lunaire du calendrier hégirien. Ils ont condamné, de ce fait, cette intérference volontaire des affaires religieuses dans des buts politiques inavoués, pour ne pas confondre l’autorité étatique à l’autorité divine.

Manou

Les commentaires sont fermées.