Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Artistes – Fondation H: « L’art n’a pas sa place au pays »

Artistes – Fondation H: « L’art n’a pas sa place au pays »

Une table- ronde a été organisée par la fondation H dans sa galerie à Andraharo. L’objectif était de connaitre d’abord les problèmes des artistes qui les empêchent de s’épanouir, et de trouver ensuite des solutions, surtout au niveau de l’art contemporain.

« Comment vous aider ? », telle a été la question de Hassanein Hiridjee, président de la fondation H, dès le début du débat. Il était prêt à écouter les problèmes soulevés par les participants présents, des artistes, tels Mat Li, Nicky, Felana Rajaonarivelo, Temandrota, Dwa…  Francis Razafiarison, directeur de la culture et son équipe au ministère, Didier Montagné, directeur de l’Institut français de Madagascar et des journalistes culturels.

Les problèmes soulevés

Le débat était très animé. A part le manque de financement, plusieurs points ont été surtout discutés, à savoir le manque d’outils adéquats, l’absence d’école de formation pour les artistes,  le quasi inexistence du marché artistique, le manque de professionnels du métier, comme les commissaires de l’exposition ou encore directeurs artistiques, la difficulté d’accéder à une « passerelle » qui permet de s’exporter à l’international, l’insuffisance de la communication et des évènements qui servent de plateforme… Sans oublier le problème de clientèle ou public. Bref, chaque artiste présent a donné son avis, sans restriction.

Un grand évènement d’art contemporain

Après deux heures de débat, Hassanein Hiridjee est arrivé aux conclusions. D’abord, la fondation H créera un grand évènement d’ici avant la fin de l’année. Il sera organisé une ou deux fois par an aux pays et permettra aux artistes malgaches d’en tirer profit. Mais avant, les artistes devront lui communiquer tous les matériels et outils nécessaires qui sont difficiles à trouver au pays. Ensuite, la fondation se lancera dans un recensement des artistes et professionnels du métier, sans oublier les journalistes culturels. Et de trouver une solution sur le manque de formation des artistes.

Bientôt l’ouverture de l’Anac

En ce qui concerne ce dernier point, Francis Razafiarison, directeur de la culture, a annoncé que le ministère est actuellement en pleine étude pour créer un « Academy » des arts au pays, appelé Academy national des arts et de la culture (Anac). Il sera ouvert à tous les artistes de différents genres, et sera mis en place avant la fin de cette année. « Nous avons déjà lancé un appel aux artistes pour connaitre aussi les diverses étapes et techniques nécessaires pour le bon fonctionnement de l’Anac. Et actuellement, nos portes est toujours ouvertes à ceux qui ont encore des idées », a conclu Francis Razafiarison.

Holy Danielle

Les commentaires sont fermées.