Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Lutte contre la corruption: objectif non atteint en 2018

Lutte contre la corruption: objectif non atteint en 2018

 

Depuis 2004, le Bianco ne cesse de mettre en place toutes les structures et stratégies pour optimiser la lutte contre la corruption. Mais sans volonté politique, la lutte serait vaine.

Arrivé à terme de son mandat, le DG du Bianco, Jean-Louis Andriamifidy, a évoqué toutes les difficultés que son institution a dû surmonter dans la lutte contre la corruption. Pour lui, tout semble être en place, sauf que le principal obstacle réside dans l’absence de volonté politique.

 «Cela n’est plus une surprise car tous ont pu constater que ce manque de volonté politique des dirigeants a énormément handicapé l’avancée de la lutte contre la corruption », a indiqué le numéro du Bianco, lors de la présentation du rapport annuel de 2018 de son institution hier, à Ambohibao.

Il a expliqué que l’organe indépendant a dû travailler à contre-courant et n’a pas pu effectuer ses missions selon ses aspirations. « Comment expliquer que certaines personnes osent détourner des milliards dans des marchés publics fictifs sans aucune appréhension ? », s’est-il interrogé. Il a néanmoins tenu à préciser qu’il ne s’agit pas d’une poursuite contre l’Etat, mais plutôt contre les corrompus au sein de l’Etat.

Et encore, « nous avons cruellement manqué de moyens, tant humain que technique, toujours à cause de ce manque de volonté, mais nous avons fait en sorte de trouver d’autres financements », a-t-il confié. A noter que 15 enquêteurs seulement sont en charge de tous les dossiers dans la capitale, alors que 3 enquêteurs au moins sont nécessaires pour traiter un dossier.

Rapport 2018

Quoi qu’il en soit, l’objectif d’obtenir le score de 50/100, relatif à l’Indice de perception de la corruption (IPC), reste dans la vision du Bianco. « Il est actuellement difficile d’atteindre les 32/100 pour 2020, étant donné que la note de Madagascar était de 27/100 en 2018, mais les efforts seront renforcés », a fait savoir le DG de l’organe anti-corruption.

Toutefois, certains indicateurs favorisent le contexte de la lutte contre la corruption, pour ne citer que la mise en place du Pôle anti-corruption (Pac). Celui-ci aurait permis aux citoyens d’avoir confiance en la justice.

Depuis 2004, le Bianco a reçu 71.775 doléances, mais seulement 16.568 ont été traitées. Pour 2018, le Bianco a reçu au total 2.689 dossiers dont 2.477 traités et a effectué 147 arrestations. Les secteurs les plus touchés sont les communes, le service des domaines, la Gendarmerie nationale et l’Education.

T.N

Les commentaires sont fermées.