Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique :des codes et des couleurs

Jaune, bleu, rouge d’une part ; vert, violet, orange d’autre part. Cela vous évoque quelque chose ? Sans aucun doute. On apprend à l’école qu’il y a des couleurs primaires et des couleurs complémentaires ou encore que pour fabriquer du vert, il faut mélanger du bleu et du jaune. Cette théorie développée par les chimistes européens du XVIIIème siècle « ne repose sur aucune réalité sociale, elle nie tous les systèmes de valeurs et de symboles qui se sont attachés à la couleur depuis des siècles, elle refuse d’admettre que celle-ci est un phénomène essentiellement culturel ». C’est ce qu’affirme l’historien et anthropologue français, Michel Pastoureau dans un savoureux Petit livre des couleurs. Avec Dominique Simonnet, Michel Pastoureau y mène une conversation qui décline les couleurs qu’il connaît, celles de son aire culturelle, l’Europe et en particulier la France.

Nous oublions que les couleurs « véhiculent des codes, des tabous, des préjugés auxquels nous obéissons sans le savoir, elles possèdent des sens variés qui influencent profondément notre environnement, nos comportements, notre langage et notre imaginaire ». Réalisons-nous par exemple que la tenue vestimentaire des hommes, du bleu de travail au costume de couleur sombre qui s’est imposée dans le monde entier est aussi un héritage de la sobriété édictée par les valeurs protestantes ? Un costume vert ou orange ne fait pas très sérieux…

« Une couleur n’existe que parce qu’on la regarde. Elle n’est en somme qu’une pure production de l’homme. A méditer. », écrit Dominique Simonnet.

Si nous avons adopté bon nombre de « codes couleur » de la lointaine Europe, nous savons bien qu’il existe ici un autre imaginaire que celui proposé par les couleurs primaires et les couleurs complémentaires. Les chevelures colorées sont à la mode mais le blond vénitien ou l’auburn se retrouvent vite rangés dans la case « menamena».

Quid du mainty, du fotsy et du manga ? Historiens, amoureux ou curieux des couleurs, à vos palettes ! Il y aurait tant à dire sur nos codes et sur nos tabous.

 

KembaRanavela

Michel Pastoureau et Dominique Simonnet, Le petit livre des couleurs, Editions du Panama, 2005.

 

 

Les commentaires sont fermées.