Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Acat Madagascar – Oif: 60 millions d’ariary pour la lutte contre la détention préventive abusive

Acat Madagascar – Oif: 60 millions d’ariary pour la lutte contre la détention préventive abusive

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) ainsi que l’Acat Madagascar ont effectué une signature de convention de partenariat, hier, au siège de l’OIF à Antaninarenina, pour la lutte contre la détention préventive abusive à Madagascar.

« Trois éléments sont importants dans ce domaine : le respect des lois, les ressources financières et les ressources humaines. Dans ces trois cas, l’OIF nous soutient en nous octroyant une somme de 60 millions d’ariary pour ce partenariat », a expliqué la présidente de l’Acat Madagascar.

« Mais ceci ne sera jamais suffisant pour soutenir les acteurs de l’Etat et la Société civile qui agissent dans les domaines de la démocratie et des droits de l’Homme », a annoncé Malick Sarr, directeur du Bureau régional de l’OIF pour l’océan Indien. En effet, plusieurs points sont encore à améliorer dans ce domaine.

Une diminution de la population carcérale

L’Acat Madagascar se focalise sur les détenus de la Maison centrale d’Antanimora, qui n’ont pas encore été jugés. « L’une des causes de cette détention préventive abusive est le manque de magistrats. D’où, cette surpopulation au sein de la prison. Notre objectif est de réduire ces cas afin d’améliorer les conditions de vie des prisonniers. Le fait de ne pas être jugé est une forme de torture. Ensuite, que le prisonnier soit coupable ou non n’est plus notre objectif. Nous nous préoccupons de leur cas jusqu’au jugement », a expliqué Mamihaja Raherimiarantsoa, coordinateur du projet à l’Acat.

Depuis 2017, l’Acat réalise des visites de prisons pour repérer les cas de détention préventive abusive, de donner ensuite des formations aux responsables concernés et effectuer des suivis de dossiers. « Depuis, 65% des dossiers ont été traités et actuellement, le nombre de détenus a diminué de 25% », a-t-il conclu.

Holy Danielle

Les commentaires sont fermées.