Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Baromètre d’opinion des Pme: 150 entreprises malgaches enquêtées

Baromètre d’opinion des Pme: 150 entreprises malgaches enquêtées

150 entreprises de tout secteur, réparties au niveau national, ont répondu au questionnaire pour l’élaboration du baromètre d’opinion des PME, réalisé par la Conférence permanente des chambres consulaires africaines et francophones (CPCCAF), cette année.

Le baromètre d’opinion des PME  vise à répondre à l’ambition de mieux comprendre le climat économique en Afrique. Depuis l’an dernier, de nouvelles séries de questions ont été introduites, portant sur les besoins en formation formulés des entreprises, ainsi que sur les normes et certification des produits.

«  L’enquête est mise en place à Madagascar depuis maintenant deux ans. On a pu constater une stabilité des activités des entreprises durant cette période », avance Isabelle Savelli de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Paris-IDF, à l’occasion de la clôture de la formation des 24 CCI réparties dans toute l’île, samedi dernier, à Antananarivo. La restitution des enquêtes, dans le cadre du baromètre 2019 de l’opinion des PME, se fera lors de la 13e édition des ateliers de la coopération consulaire CPCCAF, au mois de juin à Lyon.

Faible engouement

Toutefois, bien que le nombre d’entreprises malgaches participant à l’enquête ait augmenté par rapport l’année dernière, l’engouement des PME à répondre aux questions reste  encore faible à Madagascar. 90 entreprises malgaches ont  répondu aux questionnaires en 2018, alors qu’elles étaient 690 au Centrafrique, 79 au Bénin et même 2127 au Niger. La CPCCAF prévoit de réaliser l’enquête auprès de 200 à 300 PME malgaches  l’an prochain.

D’après les explications d’Ernestine Ranivoarisoa, directeur exécutif de la CCI Betsiboka, les PME ne savent pas vraiment l’utilité de l’enquête et quel en est réellement le retour après avoir répondu aux questions. Dans cette région à fort potentiel économique à travers le secteur aurifère, la filière black eyes  et le gros oignon, seules 10 entreprises ont participé à l’enquête. Alors que la région compte jusqu’à 200 entreprises formelles. Ernestine Ranivoarisoa poursuit que la formation suivie avec la Fédération des Chambres de commerce et d’industrie de Madagascar (FCCIM), appuyée par le programme Procom, permettra de mieux expliquer aux entreprises les enjeux de cette enquête.

Outre le baromètre, le programme Procom appuie également la réalisation de la cartographie économique de Madagascar, qui devrait être opérationnelle d’ici la fin de l’année. Il s’agit d’une base de données contenant les activités économiques des entreprises formelles à Madagascar, qui sera partagée avec les six îles de l’océan Indien.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.