Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

«Vous avez le droit de garder le silence »: le droit Miranda entre en vigueur à Madagascar

«Vous avez le droit de garder le silence »: le droit Miranda entre en vigueur à Madagascar

«Vous avez le droit de garder le silence. Tout ce que vous diriez, pourra être retenu contre vous», sont deux phrases communément appelées « les droits Miranda », et employées par les policiers américains lors d’une arrestation. On les attend souvent dans des séries policières. Pour l’histoire, Miranda était un célèbre bandit américain des années 60, fréquemment condamné et emprisonné pour des faits de viol et d’enlèvement.

Dorénavant, cette fameuse formule faisant partie des notions de la procédure pénale aux Etats-Unis, entre en vigueur à Madagascar, d’après le communiqué émanant du ministère de la Sécurité publique. Ainsi à chaque arrestation, les policiers doivent citer à toute personne placée en garde à vue, ses droits, en l’occurrence celui de garder le silence et de se faire assister par un avocat. En d’autres termes, toute personne est présumée innocente jusqu’à preuve du contraire, selon aussi le principe de la présomption d’innocence.

La première du genre au pays, selon la police nationale

En fait, un membre de la famille ou autre personne indiquée, a également le droit d’être informé du lieu de détention de son proche. Et conformément aux droits de l’homme, tout détenu a aussi droit à une assistance médicale en cas de besoin et par-dessus, le droit d’accéder à son dossier afin que l’avocat assure la défense de son client.

« Cette décision fait suite à la signature du protocole de partenariat entre le ministère de la Sécurité publique et l’Association pour la prévention de la torture (APT), à Genève, le 25 octobre 2018 », souligne-t-on dans ce communiqué. Cela s’inscrit dans le cadre du renforcement des garanties procédurales pour les personnes placées en garde à vue au niveau de la police judiciaire.

Pour commencer, le Service central des affaires criminelles, la Sûreté urbaine d’Antananarivo auprès du Commissariat central d’Antananarivo Renivohitra ainsi que les commissariats de Sécurité publique du 1er et du  4e arrondissement, serviront de sites pilotes à ce nouveau dispositif.

Sera R.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique