Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Malagasy et fier de l’être

Malagasy et fier de l’être

« J’ai honte d’être Malgache ! Malagasy, Malgaches et Gasy, trois mots pour la même signification. Un pays de lâches et de corrompus. On se demande pourquoi les étrangers règnent en roi à Madagascar. Bienvenue dans le pays sans avenir ». Ces mots de Kheops Ramada ont fait le buzz sur les réseaux sociaux en 2015. Ils ont suscité plusieurs milliers de commentaires, la plupart hostiles. « Un Malgache qui n’aime pas les Malgaches». « Un Malgache qui dit avoir honte de ses origines, c’est tout simplement aberrant  », ont fulminé les internautes qui se sentaient outrés par ces propos. Si Kheops Ramada l’avait dit à l’époque, c’est parce qu’il a sûrement ses raisons. Si on l’évoque à nouveau aujourd’hui, ce n’est pas parce qu’on cherche à remuer le couteau dans la plaie, mais juste pour que chacun puisse en tirer leçon.

Passons du coq à l’âne. Un article de « The Telegraph » paru en 2017 a également provoqué des vagues à l’époque. Selon les études que le journal avait rapportées dans ses colonnes, Antananarivo serait l’une des villes les plus moins vivables de la planète. On ignore sur quels critères sont fondés les résultats de ces études mais, il suffit de voir ou de circuler dans les rues ou dans certains quartiers de la capitale pour les comprendre. « Imagine Madagascar et ses montagnes d’ordures », disait Soprano, ce rappeur marseillais d’origine comorienne, dans sa chanson.

D’un côté, la corruption à grande échelle et la criminalité qui prend de plus en plus une proportion alarmante, sont à l’origine de l’exaspération des uns et des autres. De l’autre côté, la saleté de la ville causée par l’incivilité de ses habitants constitue une source de choc visuel et olfactif. « Avec une vision, du travail et du patriotisme, on peut sauver Madagascar », a déclaré le président Andry Rajoelina lors d’une interview accordée à Jeune Afrique. Des actions ont été menées dans ce sens, au pays ces derniers temps. Si tout le monde y met du sien, le changement est assuré et chaque Malgache sera fier d’être l’enfant du pays.

 

Mparany

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique