Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Intoxication alimentaire – Belo-sur-Mer: quatre morts et 54 personnes hospitalisées

Intoxication alimentaire – Belo-sur-Mer: quatre morts et 54 personnes hospitalisées

Une intoxication alimentaire provoquée par la consommation de tortues de mer, a fait quatre morts à Belo-sur-Mer. 54 autres personnes ont été hospitalisées.

Quatre personnes vivant dans différents quartiers de Belo-sur-Mer, sont décédées par intoxication alimentaire dans l’après-midi du 6 mai. La consommation des tortues de mer en est la cause. Deux d’entre elles ont été évacuées urgemment à l’hôpital, mais ont succombé en cours de route.

Il s’agit d’un bébé de 11 mois, d’un autre d’un an et demi, d’une enfant de 6 ans et d’un adulte de 70 ans, ont indiqué les informations recueillies.

Une cinquantaine d’autres ont été hospitalisés dont plusieurs ont dû être placés sous surveillance médicale pendant plusieurs jours.

Intoxication alimentaire confirmée

« Les patients étaient arrivés petit à petit, depuis la soirée jusqu’au lendemain matin. En quelques heures, les médecins étaient débordés », selon les explications. Ils présentaient tous les mêmes symptômes. Après le repas, ils ont subi des nausées et vomissements. Ils étaient sujets à des maux de ventre suivis de diarrhées, des maux de tête et des fatigues profondes suivies de crampes dans les muscles.

Les médecins ont confirmé que tous les malades ont mangé des tortues de mer avant que les signes ne se soient manifestés.

Les villageois sensibilisés

Les responsables locaux dont le directeur régional de la Santé publique de Morondava ainsi que des responsables du Ministère de la Santé, ont offert un surplus de médicaments aux malades qui poursuivent leur soin à l’hôpital.

Un rassemblement des villageois s’est tenu tout récemment pour les informer de l’interdiction de la pêche de ce type de tortue de mer et de sa consommation, vu que c’est une espèce protégée.

Avant-hier, différents responsables à Morondava, ont tenu une réunion afin de discuter des précautions à long terme sur ce genre de drame.

 

ATs.

Les commentaires sont fermées.