Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Des requêtes déposées à la HCC: les candidats se tirent dans les pattes

Des requêtes déposées à la HCC: les candidats se tirent dans les pattes

La campagne des législatives à peine commencée que les animosités entre les candidats se manifestent. Jusqu’à hier et à une dizaine de jours de la tenue du scrutin, la HCC a déjà reçu deux requêtes.

Lundi dernier, le candidat Jerry Rakotondramiarana dit Jerry Marcoss a déposé une requête auprès de la Haute cour constitutionnelle (HCC) aux fins de disqualification du candidat Julien Nasira. Tous deux sont issus du district d’Antalaha.

Les motifs ne sont pas encore connus. Mais, il s’agit d’une première requête reçue en pleine période de campagne électorale.

Jean-Nicolas Randrianasolo, un autre candidat dans le district de Betroka, a également déposé une requête en date du 17 avril dernier, demandant à la Cour de prendre des mesures à l’encontre du candidat Vojanahary Raobelitsirofo, soutenu par Paolo Emilio Raholinarivo Solonavalona.

Dans le même registre, Dame Ralalasoa a également déposé une autre requête plus ancienne aux fins d’opposition à la candidature d’Ahmad Mohamad dans le district de Fenoarivo atsinanana, mais n’a plus sa raison d’être, étant donné que la Ceni a déjà validé les candidatures.

A l’allure où vont les choses, la HCC risque, une fois de plus, de crouler sous une montagne de requêtes, comme ce qui a été constaté lors de la dernière élection présidentielle de 2018. Dans tous les cas, les candidats se font déjà entendre.

Neutralité de l’Administration

Pour sa part, le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, Tianarivelo Razafimahefa, a tenu à s’adresser aux candidats. « Je lance un appel aux candidats pour que chacun se conforme aux lois en vigueur et que chacun se garde de toute provocation », a-t-il indiqué mardi dernier à Ankatso. Malgré les quelques irrégularités constatées, « La campagne électorale se déroule dans le calme en général », a-t-il fait savoir.

Pour répondre à certaines critiques sur l’implication du Gouvernement dans les élections, le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation a souligné que son ministère ni moins le Gouvernement n’exercent aucune pression quelconque. « Nous respectons la neutralité de l’Administration », a-t-il conclu.

Dans tous les cas, les quelque 800 candidats auront encore une dizaine de jours pour se faire remarquer, vu que la campagne électorale ne s’achèvera que le 25 mai.

T.N

Les commentaires sont fermées.