Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Corruption à Tsimbazaza: 79 députés sur la sellette

Corruption à Tsimbazaza: 79 députés sur la sellette

 

Tout le monde a pensé que cette affaire de corruption à haut niveau qui a défrayé la chronique dans le temps, tend à tomber dans l’oubli. Mais hier, le Bianco a souligne que ce n’est nullement le cas. Durant une année entière, cette entité a mène des enquêtes approfondies et détaillées à l’encontre des 79 députés suspectés. D’ailleurs, leur dossier est déjà transmis au Pôle anti-corruption (Pac). 

Pour rappel, l’affaire remonte entre le 28 mars et le 3 avril 2018 au moment où l’Assemblée nationale allait voter le Codé électoral controversé et taillé sur mesure pour le HVM.

A quelques jours de l’adoption, des députés proches du régime ont tenu une réunion sécrète à l’hôtel Paon d’or Ivato. Un rassemblement suspect qui d’après les images filmées avec un téléphone, montre des élus en train de distribuer une somme d’argent importante entre eux. Le montant annoncé a été de 50 millions d’ariary par tête, en contrepartie de l’adoption du texte. Le 3 avril, le Code électoral est passé comme une lettre à la poste à Tsimbazaza.

Cette vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux. Ce comportement indigne d’un député a indigné plus d’un. L’opinion publique a crié au scandale. Sur le champ, d’autres parlementaires opposant au régime HVM ont saisi le Bianco.

Le Bianco a alors ouvert une enquête après avoir été saisi d’une doléance dénonçant des suspicions de corruption. Des parlementaires ont, d’ailleurs, été convoqués.

Et, un an après les faits, le bureau d’Ambohibao a pu recueillir les indices pouvant mettre en cause les 79 députés impliqués dans cette affaire. Tous les dossiers sont maintenant entre les mains du Pac.

Immunité

« Nous étudierons chaque dossier à partir de la semaine prochaine, étant donné que nous sommes encore en formation », a indiqué le procureur de la République auprès du Pac, joint au téléphone hier. Les modalités sur l’immunité parlementaire seront ainsi sérieusement étudiées car il s’agit ici de 79 hautes personnalités de l’Etat.

« Normalement, l’affaire est prise en compte au moment des faits », a précisé le procureur. Cependant, ce dernier n’a donné plus d’informations. Le mandat législatif ayant expiré depuis quelques mois, le sort des 79 députés reste, pour le moment, incertain.

L’on sait néanmoins que certains des députés concernés de l’époque, ont décidé de se représenter pour un second mandat aux législatives du 27 mai. La donne pourrait toutefois changer, vu l’initiative du Gouvernement de revoir le chapitre   de l’immunité parlementaire dans la Constitution.

« Nous souhaiterions alléger la procédure de poursuite pour renforcer la lutte contre la corruption », avait indiqué récemment le ministre de la Justice, Jacques Randrianasolo.

Tahina Navalona

Les commentaires sont fermées.