Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Loi de finances rectificative: coupes budgétaires dans tous les ministères

Loi de finances rectificative: coupes budgétaires dans tous les ministères

Drastique. L’Exécutif s’attèle actuellement à l’élaboration de la Loi de finances rectificatives et, à en croire une source auprès du gouvernement, le président de la République et le premier ministre scrutent  à la loupe toutes les dépenses publiques à inscrire dans le budget de l’Etat.

 A priori, l’objectif consiste, d’une part, à prioriser les dépenses sociales au détriment des dépenses inutiles et d’autres part, à concrétiser les promesses présidentielles. « Chaque ministre doit défendre ses projets en vue de la réaliser les contrat-programmes signés avec le président de la République », nous a-t-on expliqué. Sur ce, des ministères devront faire face à des coupes budgétaires.

« Depuis toujours, des dépenses de fonctionnement totalement injustifiées ont été inscrites de manière subtile pour ne pas éveiller les soupçons », explique notre source en faisant référence aux achats de matériels roulants et de matériels informatiques. Celles-ci ont été d’ailleurs « réduites, voire supprimées purement et simplement ».

En effet, auparavant, ces dépenses ont toujours fait l’objet de grandes spéculations à des fins de détournements de deniers publics. C’est aussi le cas des coûts exorbitants destinés pour la « réhabilitations des bâtiments administratifs ». Ils sont réduits au strict minimum pour éviter les marchés fictifs et autres malversations financières.

« Les contribuables ont le droit d’attendre de leurs dirigeants que leur argent soit dépensé correctement sans qu’il ne soit détourné ou gaspillé », ajoute notre source.

Promesses de campagne

Tout comme les autres départements ministériels, le ministère des Finances fait également partie des concernés. Depuis toujours, ce ministère, contrairement à ses pairs, a pu bénéficier du plus gros budget. Cette fois, ce ne sera plus le cas. Et pour cause, les budgets non justifiés ont été affectés dans des projets qui ont des impacts directs sur la vie quotidienne de la population.

La concrétisation des engagements du Chef de l’Etat, à travers notamment la construction des infrastructures telles que la nouvelle ville Tanamasoandro, les universités dans les régions, les nouvelles prisons et maisons de force, l’Académie nationale des arts et de la culture, la reforestation, ou encore la réhabilitation des établissements scolaires publics et des infrastructures routières comme les routes nationales (RN 44, 13,12, 10, 5…fait également partie des priorités. A cela s’ajoute le budget consacré aux travaux de finition du Palais de la reine Manjakamiadana.

Les Collectivités territoriales décentralisées (CTD) ne sont pas en reste. Dès cette année, des coupes importantes ont été également décidées pour être affectées aux régions. Il s’agit, en effet, de l’un des engagements pris par le Chef de l’Etat dans l’objectif de développer tout Madagascar, sans distinction de régions.

J.P

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique