Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans: une conférence économique à Tananarive (2)

(Suite et fin.)

Ces questions, avant d’être discutées en réunion plénière, ont été étudiées par plusieurs commissions dont les attributions ont été ainsi fixées :

Première commission : travaux publics, chemin de fer, tramways, emprunt ; deuxième commission : questions financières, banques d’émission ; troisième commission : organisation des services agricoles, forestiers, vétérinaires, laboratoires, hydraulique agricole ; quatrième commission : main-d’œuvre ; cinquième commission : questions domaniales, régime spécial des terrains d’élevage pour Européens et indigènes ; sixième commission : transports, ravitaillement, flotte commerciale, navigation ; septième commission : enseignement industriel ; huitième commission : postes, télégraphes, téléphones, T. S. F. ; neuvième commission : mines ; dixième commission : douanes ; onzième commission : assemblées représentatives des intérêts économiques.

Les délégués ont siégé pendant trois semaines environ. En les réunissant avant leur départ pour les remercier de leur concours, le chef de la colonie a constaté qu’ils avaient exécuté complètement le programme qui leur avait été tracé et leur a donné l’assurance que l’administration se reporterait utilement à leurs travaux.

Ces travaux sont consignés dans de nombreux rapports qui seront prochainement publiés, et dont nous résumerons les plus importants.

Les producteurs de vanille se plaignent à juste titre

Nos planteurs de vanille de l’Océan Indien ont été avisés que le fret, appliqué aux vanilles, serait porté de 750 à 1 000 francs la tonne.

Les colons trouvent cette hausse d’autant plus injustifiéeque le marché des frets est en baisse, si bien que le commissaire aux transports maritimes a notamment réduit d’un quart le tarif des denrées en provenance de l’A. O. F.

Rappelons que le prix du transport des vanilles n’a cessé de s’élever depuis quelques années. Parti de 300 francs la tonne il y a quinze ans, il a atteint successivement 500, 600, 750, et 1 000 francs aujourd’hui ! N’est-ce pas abusif ? Aussi ce journal, quitoujours a défendu les producteurs de vanille, a-t-il le devoir de signaler aux Compagnies de navigation intéresséesles légitimes doléances de nos compatriotes de Madagascar, des Comores et de la Réunion.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique