Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Course à l’immunité

Course à l’immunité

Tout récemment, des bruits ont circulé selon lesquels, un ancien député candidat, fidèle dans le temps, à Hery Rajaonarimampianina, serait placé en détention provisoire, suite à des faits de corruption. Après recoupement, personne n’a  eu vent de cette information, d’ailleurs le jour-même de cette folle rumeur, le candidat en question a encore mené tambour battant sa campagne dans sa circonscription.

Du jamais vu dans l’histoire des législatives à Madagascar. Quatre candidats députés mouillés dans des affaires de corruption se trouvent actuellement derrière les barreaux en attendant  leur procès. Et,  selon toujours les commentaires, à prendre au conditionnel, cet ancien député ne serait pas non plus vierge de tout soupçon, au même titre que les autres anciens, des têtes biens connues qui briguent aussi un nouveau mandat.

Cette bousculade au portillon, malgré leur débâcle lors de la présidentielle, semble être leur dernière carte jouable. En cas d’échec, adieu à l’immunité et par-dessus tout, à l’impunité. Sans bouclier de protection, les ex-députés qui traînent des dossiers derrière eux, risquent fort de se faire rattraper par leur passé.

Et devant, la chasse impitoyable aux anciens dirigeants corrupteurs, loin d’une justice de vainqueurs comme le Sefafi l’a bien mentionné dans son communiqué, ceux qui ont des affaires louches à cacher, croient encore qu’une fois élus, leur immunité parlementaire les met à l’abri de toute poursuite judiciaire. Les législateurs au-dessus de la loi.

Le ministère de la Justice a remis en cause le texte de la Constitution stipulant l’immunité parlementaire des élus. Le ministre, Jacques Randrianasolo n’a pas caché la volonté de l’Etat de réviser cette loi afin que nos députés et nos sénateurs ne profitent plus de leur impunité. Un débat houleux s’annonce à l’horizon une fois  que les futurs députés prendront place à Tsimbazaza. A coup sûr, en cas de réélection, ces anciens députés connus comme le loup blanc, se prononceront contre la révision de l’immunité parlementaire.

Andry Rabeson

 

Les commentaires sont fermées.