Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Détournement de 18 milliards d’ariary: Claudine Razaimamonjy, de nouveau impliquée

Détournement de 18 milliards d’ariary: Claudine Razaimamonjy, de nouveau impliquée

Le nom de Claudine Razaimamonjy est de nouveau cité dans une nouvelle affaire de détournement de marchés publics d’un montant de 18 milliards d’ariary. L’opératrice économique entraîne avec elle une quinzaine de personnes issues de deux grands ministères.

L’affaire remonte entre 2015 et 2016, dans le cadre des travaux de réhabilitation des infrastructures scolaires dans la région Matsiatra Ambony. A ce sujet, plusieurs doléances pour détournement de fonds publics et favoritisme ont d’ailleurs été déposées, auprès du Bianco

Il semblerait alors que les faits se soient avérés et que le ministère des Finances de l’époque eût effectué des paiements occultes, extra-budgétaires et illégaux au profit des fournisseurs et des entreprises prête-noms de l’ancienne conseillère de l’ancien président Rajaonarimampianina, Claudine Razaimamonjy. Actuellement en prison, celle-ci devra encore répondre à plusieurs autres chefs accusations pour des affaires similaires.

Malgré les prête-noms utilisés, la femme d’affaires n’a pu échapper à la justice. A cette allure, 15 personnes, dont de hauts responsables auprès du ministère des Finances et du budget, de l’Education nationale et tous les membres de la commission d’appel d’offres, risquent fort de couler avec elle.

18 milliards d’ariary devant servir à la réhabilitation de plusieurs dizaines de lycées, de Collèges d’enseignement général (CEG) et d’Ecoles publiques primaires (EPP),  se sont envolés.

Transmis au Pac

Le dossier a été transmis hier auprès du Pôle anti-corruption (Pac) et de la Haute cour de Justice (HCJ), étant donné que de hauts fonctionnaires de l’Etat sont impliqués.

Et, si le Pac pourrait expédier rapidement le dossier, la HCJ pourrait prendre un certain temps vu la lourdeur de la procédure à suivre, notamment l’aval des parlementaires de l’Assemblée nationale. Dans tous les cas, cette nouvelle affaire de détournement de 18 milliards d’ariary ne fait que s’ajouter aux anciennes affaires non encore résolues, signées par Claudine Razaimamonjy.

Après un long séjour à la maison carcérale de Manjakandriana, la femme d’affaires a été transférée à la prison d’Antanimora en attendant son procès.

T.N

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique