Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Produits non consommables: 458 tonnes de riz et 52 tonnes de farine saisies

Produits non consommables: 458 tonnes de riz et 52 tonnes de farine saisies

Le ministère de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat a saisi la semaine dernière, 458 tonnes de riz et 52 tonnes de farine non conformes à la consommation. Le ministère appelle les consommateurs à la vigilance face à une éventuelle existence de produits non conformes sur le marché local.

«Une descente des responsables du ministère de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat à Toamasina, suite à une dénonciation anonyme, a permis de saisir ces produits non conformes à la consommation», a fait savoir le secrétaire général du ministère, Fabrice Raharijaona hier, à Anosy.

Un commissaire du commerce a ajouté qu’«il s’agit d’un transfert local depuis la région Sava, puis passé  à Toamasina, dont la  destination finale est la région Vakinankaratra». Ce responsable au niveau du ministère de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat a également tenu à préciser que ces marchandises ne proviennent pas de la douane de Toamasina.

«Les deux opérateurs qui détenaient dans leurs dépôts de stockage ces produits non consommables, seront sanctionnés. Le dossier est déjà en cours», a enchaîné Fabrice Raharijaona. Ce dernier n’a pourtant pas apporté plus de précisions sur les sanctions encourues par ces opérateurs.

Recrudescence

Force est de constater qu’à la veille des périodes de fêtes, les produits ne respectant pas les normes, pullulent sur le marché local, essentiellement dans les grandes villes. A ce sujet, le ministère de tutelle a tenu à recadrer les contrôles économiques réalisés par les agents verbalisateurs du ministère.

Dans un communiqué en date du 10 avril, le ministère a rappelé les agents sur l’obligation de se munir d’un ordre de mission, dûment signé par le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat ou le secrétaire général du ministère, lors d’une descente sur les marchés et au niveau des entreprises, pour un contrôle économique.  Cette précision vise à «éviter tout désagrément et abus», peut-on lire dans ce communiqué.

 

Rakoto

Les commentaires sont fermées.