Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

De nouveaux stades à la Can 2019

De nouveaux stades à la Can 2019

Un stade par district. C’est l’engagement du régime, alors que les initiatives privées allant dans ce sens, ne cessent de se multiplier. A priori, le sport malgache et le football en particulier, ont de belles perspectives devant eux. Petit bémol, le sport roi n’arrive pas encore à remplir les stades, car il faut attendre des rencontres internationales pour voir une affluence significative du public. Pourtant, le championnat national devrait être la véritable vitrine du football  d’un pays.

Ne citons que l’Angleterre pour étayer cette thèse. En effet, les Three Lions n’ont qu’un titre à leur actif : la Coupe du monde 1966. Or, la Premier League est le championnat le plus regardé au monde et le football est une véritable industrie qui contribue énormément au PIB britannique. Certes, on est à mille lieues du football business de Pep Guardiola et de Jürgen Klopp, mais on peut s’en inspirer pour rendre le nôtre plus attrayant qu’il ne l’est depuis des décennies.

Ici comme ailleurs, le public vient au stade pour voir du spectacle. Il faut donc qu’il connaisse les acteurs pour que les affiches deviennent plus alléchantes. En d’autres termes, la starification des joueurs voire des entraîneurs, est indispensable pour rendre un sport, quoi qu’il soit, attrayant. C’est tout à fait naturel que la Juve de Ronaldo et le Barça de Messi drainent la foule, même pour un match sans enjeu.

Malheureusement à Madagascar, seuls les inconditionnels du foot connaissent l’effectif de la Cnaps Sport, alors qu’elle a remporté les 5 dernières éditions du championnat national. En effet, l’image et la communication autour de la discipline et des joueurs, ne viennent pas naturellement. Il faut les construire et la Can 2019 est une très belle opportunité pour cela. En mettant en avant nos joueurs, surtout les locaux, le public viendra sûrement les voir évoluer au pays après la campagne africaine. Mais pour cela, il faut investir dans la communication. Ce n’est que l’avis d’un observateur, un non-spécialiste…

 

T. Rasam

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique