Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Complexe baie de Rigny: la gestion communautaire renforcée

Complexe baie de Rigny: la gestion communautaire renforcée

La communauté du complexe Baie de Rigny est initiée à assurer elle-même la gestion de ce site clé de biodiversité de renom, situé dans la partie nord-est de Madagascar.

L’association Conservation centrée sur la communauté  (C3) Madagascar, qui compte conserver ce site, vient d’y développer un nouveau projet mettant en action un appui sur la gestion communautaire dans cette zone. Cette initiative s’inscrit dans le cadre des activités de cette association et a bénéficié récemment des financements de Critical Ecosystem Partnership Fund (CEPF).

Sans attendre, les activités ont été déjà démarrées, à commencer par une réunion d’information et de sensibilisation à Ambolobozikely, la dernière semaine du mois de mars. Des brochures sur la protection des dugongs, tortues et herbiers marins, ont été distribuées à cette occasion. L’inventaire de la faune et la flore marines et d’autres sensibilisations, ainsi que l’homologation du « Dina » au sein de la communauté sont prévus à la suite de cette activité. Ce projet dure 13 mois à compter du mois de février dernier.

Cette intervention arrive à point nommé eu égard au niveau de dépendance très élevé de la population locale vis-à-vis des ressources marines, notamment à Ambolobozikely, le village le plus proche de la Baie de Rigny. D’ailleurs, « d’après nos constats, la majorité des villageois est constituée de pêcheurs.  Ainsi, le risque de surexploitation des ressources est à prévenir », a souligné le Coordonnateur de C3 Madagascar, Lalarisoa Rakotoarimino.

Difficulté d’application des lois

La Communauté locale de base (CLB), qui se charge de la gestion des ressources, a du mal à faire appliquer les lois, notamment celles qui régissent l’exploitation des tortues marines qui sont toujours chassées malgré l’interdiction de l’Etat. En effet, la non-existence de « Dina » au niveau local, favorise cette liberté de chasse. C’est dans ce sens que le nouveau projet établi par C3 Madagascar arrive à la rescousse pour apporter une amélioration et un renforcement de la gestion communautaire du site Baie de Rigny, en réduisant les pressions sur les ressources naturelles, à travers la mise en place de ce type de gestion.

Pour aboutir à ce but commun, quelques objectifs ont été fixés, entre autres, la réduction des pressions sur les ressources naturelles à travers le renforcement de la gestion communautaire de l’Aire marine protégée, la mise en œuvre de la gestion communautaire des ressources dans le complexe Baie de Rigny ou encore le renforcement de la capacité des structures locales et du partenariat avec les services déconcentrés pour l’application des lois en vigueur…

 

Fahranarison

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique