Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Trafic de bois de rose: deux anciens ministres sur la corde raide

Trafic de bois de rose: deux anciens ministres sur la corde raide

Les enquêtes sur les trafics de bois de rose suivent leur cours. Jusqu’à hier, la Cour spéciale de bois de rose a pu traiter 16 à 17 dossiers. Un ancien ministre est sur la sellette.

Le 28 mars dernier, la Cour spéciale de bois de rose a bouclé son enquête sur un dossier impliquant un ministre du temps de l’ex-président, Hery Rajaonarimampianina. L’affaire est maintenant entre les mains de la Haute cour de justice (HCJ).

Un autre ancien ministre du même régime est également cité, mais son implication n’est pas encore avérée. «L’issue des enquêtes déterminera s’ils sont complices ou ont abusé de leur fonction», a indiqué le procureur auprès de la Cour spéciale de bois de rose, Bertin Mahonjo hier à Tsaralalàna, en marge de la rencontre des procureurs avec le ministère de la Justice. Les autres concernés ont par contre été condamnés à 20 ans de travaux forcés.

«Le sort de cet ancien ministre dépend ainsi de l’aval de l’Assemblée nationale et des enquêtes de la HCJ», a-t-il poursuivi. A noter que les dossiers reçus sont envoyés au Parquet qui les transmet après à la Chambre d’instruction.

 «Un des problèmes avec la phase d’instruction est qu’il est difficile de rechercher les suspects dans les régions», a regretté le procureur. Une situation qui ralentit les enquêtes. Dans tous les cas, le reste des dossiers sont actuellement en phase d’instruction dont certains font état de blanchiments d’argent.

Le navire Flying refait surface

Pour le cas du navire Flying arraisonné près des côtes d’Antalaha, vers la fin de l’année 2018, le procureur Bertin Mahonjo a affirmé que la direction territoriale du Bianco de Toamasina qui a été saisie de l’affaire, est actuellement en pleine enquête.

«Afin de faciliter les investigations, il est important de souligner que ce navire a déjà été impliqué dans d’autres affaires de trafic de bois de rose, mais sous une autre appellation», a-t-il expliqué.

Le ministre de la Défense de l’époque a d’ailleurs indiqué que ce bateau était dénommé Ming Feng en 2015 avant de porter un nouveau nom. A noter que le navire Flying a déjà fait une première tentative d’exportation illicite lors du premier tour des présidentielles avant d’être intercepté le mois de décembre dernier.

Tahina Navalona

Les commentaires sont fermées.