Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Eclairage: retour sur l’histoire économique

Eclairage: retour sur l’histoire économique

La prise de décision politique et économique passe par la connaissance de l’histoire. C’est dans ce sens que le cabinet FTHM Consulting et la mention Economie de l’Université d’Antananarivo organisent, jusqu’au 19 avril, la deuxième édition de l’exposition sur l’Histoire économique de Madagascar depuis 1960, à la bibliothèque nationale sur le thème : «Gouvernance, clé du développement».

Regard sur le passé.  Jusqu’au 19 avril, une exposition à la Bibliothèque nationale retrace l’histoire économique de Madagascar, depuis 1960. « Ne pas connaître l’histoire économique du pays peut induire en erreur les dirigeants dans la relance de l’économie », a fait savoir, à cette occasion, Alain Pierre Bernard, du cabinet d’étude FTHM consulting, coorganisateur de l’évènement avec la mention Economie de l’Université d’Antananarivo.

L’exposition cible essentiellement les jeunes étudiants, souvent  ignorants sur le passé de leur pays, alors qu’ils sont aussi des décideurs politiques économiques.

Alain Pierre Bernard a apporté un regard croisé sur la situation économique depuis le retour de l’indépendance de Madagascar en 1960. «  Il y a eu des réussites et des échecs dans les prises de décisions pour le développement économique du pays durant ces 60 ans », a-t-il avancé.

Faible production

L’âge d’or du secteur de l’industrie à Madagascar durant la première République est revisité car une grande partie des industries créées à cette période ont fermé leurs portes aujourd’hui.

« La production industrielle dans la Grande île a connu une chute libre ces dernières décennies. Une situation complètement disproportionnée avec la croissance démographique. La relance de ce secteur nécessite une politique vertueuse actuellement. Le développement de l’industrie est d’un enjeu majeur pour la création de nouveaux emplois et l’amélioration des exportations du pays», a-t-il enchaîné.

Outre la perte de vitesse du secteur industriel à Madagascar, l’insuffisance de la production rizicole est  également un des sujets abordés au vernissage de l’exposition. En effet, la production de riz n’a augmenté que de 1,7 tonne/ha à 2,4 tonnes/ha entre 1960 à 2004, d’après les estimations de la FAO. Toutefois, cette hausse, inférieure à la croissance de la population et la production de riz par habitant, dans son ensemble, est tombée de 237 kg par an en 1970 à 179 kg par an en 2004.

Riana R.

 

Les commentaires sont fermées.