Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Des empreintes de la dialectique

Des empreintes de la dialectique

La course à la députation semble déjà engagée, au propre comme au figuré, si l’on se fie aux branle-bas de combat agitant certains états-majors politiques.

La politique malgache dément La Fontaine : «rien ne sert de courir, il faut partir à point». La réalité pré-électorale déphase l’axiome préféré des classicistes d’antan qui en ont fait un modèle de vie, mais à la longue a fini par les laisser à la traîne. Tout se mélange dans la précipitation où campagne électorale et précampagne se confondent et sont confondues, à tel point que le citoyen lambda n’y voit que du feu.

Les violations de textes deviennent pratiques courantes dans ce contexte. Tous les coups semblent être permis à condition qu’ils soient donnés assez bas, évidemment. Les actions menées par les experts en coups fourrés de tous les temps se reflètent à travers cette manière de dénigrer un candidat. Des réactions négatives extrêmes même qui s’apparentent à une élimination physique sous toutes les formes.

Les principaux décideurs que sont les électeurs deviennent de simples spectateurs face à cette  précampagne de pure mauvaise foi. Les candidats rivalisent d’adresse dans la violation des textes pour devenir des législateurs et briguer un fauteuil  à Tsimbazaza.

La contradiction, une des formes les plus évidentes de la dialectique apprise par cœur par les actuels cinquantenaires devenus politiciens, a laissé inconsciemment ses empreintes dans nos pratiques politiques. Et c’est la raison pour laquelle la situation semble naturelle à tous…

Manou

 

Les commentaires sont fermées.