Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

«Let us learn »: de l’espoir sur l’avenir des enfants dans les régions Androy et Anosy

«Let us learn »: de l’espoir sur l’avenir des enfants dans les régions Androy et Anosy

La promotion de l’un des droits fondamentaux des enfants, en l’occurrence, l’accès à l’éducation,  dans les régions d’intervention du programme « Let us learn » de l’Unicef, est prometteuse. Les bailleurs dudit programme, en visite d’observation dans les zones d’interventions, sont satisfaits des résultats. Pourtant, beaucoup reste à faire pour maintenir les acquis.

Succès. Le programme d’éducation des jeunes filles, «Let us learn», mis en œuvre dans les régions Androy et Anosy, commence à porter ses fruits. La délégation du Fonds américain pour l’Unicef et les représentants des bailleurs, Zonta international ayant financé ce programme depuis 2016, ont constaté de visu les impacts des interventions, lors d’une descente à Taolagnaro, Amboasary, Berano et Tanandava… depuis le 1er avril.

«Les jeunes filles sont déterminées à aller de l’avant et, on peut dire qu’à travers les activités déployées pour leur donner un coup de pouce, il y a de l’espoir sur leur avenir», s’est réjoui le directeur principal des partenariats mondiaux au sein de  l’Unicef USA, Rachel Steinberg hier, lors d’un point de presse à Antsakarivo.

Séduit par les résultats déjà acquis en deux ans, le vice-président de Zonta international, Ute Scholz, a promis de faire un rapport auprès des membres, afin de justifier le besoin de continuer le financement en faveur de cette cause dans les années à venir.

Plus de budget alloué à l’éducation

Les activités  de «Let us learn», menées dans sept régions, se focalisent sur trois points essentiels, dont la réinsertion des filles déscolarisées à l’école et la sensibilisation des parents à envoyer leurs filles à l’école. Des moyens pour prévenir le mariage et la grossesse précoces.

«A cela s’ajoute l’amélioration de la qualité de l’éducation, via la formation des enseignants, la construction d’école, la dotation en matériel pédagogique…», d’après les informations du représentant de l’Unicef à Madagascar, Michel Saint-Lot.

Ce programme pourrait servir de modèle pour promouvoir l’éducation dans le pays, qui constitue le moyen le plus sûr pour lutter contre la pauvreté. Pour cela, le numéro un de l’Unicef à Madagascar incite l’Etat à accorder un budget conséquent à l’éducation. Ce volet figure d’ailleurs dans le cadre de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM).

 

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.