Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

29 MARS 1947-29 MARS 2019: la lutte prend une autre forme

29 MARS 1947-29 MARS 2019: la lutte prend une autre forme

72 ans après les événements du 29 mars 1947, Madagascar peine encore à se développer. Le président de la République (PRM), Andry Rajoelina, en appel d’ailleurs à la solidarité et au patriotisme pour l’émancipation économique.

«Madagascar ne sera plus vaincu». Cette déclaration est du PRM, Andry Rajoelina, hier à Moramanga, lors de la commémoration du 72e anniversaire des évènements du 29 mars 1947. A la lecture de son discours, l’homme fort du pays semble avoir choisi cette journée non seulement pour raviver la flamme du patriotisme, mais également pour rappeler que la lutte pour la souveraineté se poursuit. «Il est temps de concrétiser les objectifs de nos aînés pour la patrie (…). Nous allons porter haut le flambeau de la fierté nationale et du patriotisme pour que le pays se développe», a-t-il ajouté avant de rappeler que l’objectif est de parvenir à toutes les formes d’indépendance, alimentaire, économique ou culturelle, qui sont à la base du bien-être social de tous les foyers malgaches.

D’Andrainarivo à Moramanga, en passant par Ambohijatovo, les responsables étatiques ont réitéré que la commémoration du 29 mars 1947 ne devrait pas rester une habitude, mais elle devrait servir de rampe de lancement d’un réel développement et d’une fierté nationale. «Nous avons le devoir d’œuvrer ensemble dans l’intérêt du pays», a déclaré le locataire d’Iavoloha à l’issue du traditionnel dépôt de gerbe au Mausolée Andrainarivo. Entouré des représentants des anciens combattants et de quelques jeunes venant des quatre coins de l’île, Andry Rajoelina n’a également pas manqué de raviver la flamme du patriotisme.

Solidarité

«C’est sur cette place que nous renforçons l’engagement pour la continuité de la lutte pour la victoire du pays», a-t-il souligné, faisant notamment référence à la lutte contre la pauvreté et pour le développement du pays, un objectif illustré par ses engagements. L’indépendance alimentaire et économique de Madagascar s’inscrit dans cette perspective. Il appelle ainsi à la contribution de chaque individu dans la réalisation des objectifs comme l’ont fait des milliers de Malgaches à l’époque. «Nous leur rendons hommage aujourd’hui (ndlr : hier) mais nous ferons en sorte que leur ferveur d’autrefois devienne un élan de patriotisme pour l’avenir», a-t-il assuré. Andry Rajoelina aspire ainsi à un renouveau du pays pour que celui-ci soit un «modèle en Afrique». Sur ce, il n’a pas manqué de souligner le retard de développement de la Grande île par rapport aux autres pays du continent africain, tel que le Sénégal, qui avait pourtant acquis son indépendance en 1960 comme Madagascar.

S’adressant aux anciens combattants, le président de la République a tenu à leur rendre hommage pour le patriotisme qu’ils ont légué à la jeune génération. «La Nation tout entière témoigne une vive reconnaissance envers ces véritables patriotes», a déclaré le Chef de l’État, tout en faisant un clin d’œil à la population, lors de son déplacement à Moramanga. «C’est ici que la lutte pour la liberté a commencé, c’est ici que nos aînés ont déclaré leur patriotisme. Et c’est légitime que le développement du pays commence ici», a soutenu le PRM.

J.P/ T.N

L’ennemi n’est plus le camp d’en face

Si la puissance coloniale faisait office d’ennemi durant la lutte pour l’indépendance, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Il apparait que certains compatriotes se trompent d’ennemi. Ce constat est du ministre de la Défense nationale, le général Léon Jean Richard Rakotonirina. Lors de son allocution à Moramanga, il a dénoncé le fait que certains Malgaches oublient ce qu’est l’intérêt commun et «s’entredéchirent, s’entretuent, se kidnappent, car l’égoïsme prend le dessus». «Comment se développer dans ce cas ?», s’interroge le ministre de la Défense nationale, tout en plaidant pour la solidarité.

 

Les commentaires sont fermées.