Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Malnutrition: Madagascar, 4e pays le plus touché

Malnutrition: Madagascar, 4e pays le plus touché

Du chemin reste encore à faire pour améliorer la situation nutritionnelle critique, dans le pays. Les statistiques et les pertes engendrées sur l’économie nationale en disent long.

La malnutrition reste un problème chronique à Madagascar. «Les indicateurs actuels placent la Grande île au 4e rang des pays les plus touchés par ce phénomène, avec 47% de taux de malnutrition chronique chez les enfants de moins de 5 ans», a regretté le ministre de la Santé, le Pr. Julio Rakotonirina, en marge de la cérémonie de signature de convention entre son département et l’Unicef, pour les trois ans à venir (2019-2021), hier à Ambohidahy.

«Ce fléau génère des pertes allant jusqu’à 750. 000 dollars chaque année», a soutenu le représentant de l’Unicef, Michel Saint-Lot.

Cette triste réalité justifie l’initiative du pays à replacer la malnutrition au cœur de ses priorités. Une initiative soutenue par les Partenaires techniques et financiers (PTF), dont l’Unicef qui vient de renforcer son appui dans la réduction de la malnutrition chronique à Madagascar.

Cet organisme onusien pour l’enfance apportera une assistance technique aux personnels cadres du système sanitaire et des Offices régionaux de nutrition. Une intervention mise en œuvre dans le cadre du Projet d’amélioration des résultats nutritionnels, utilisant l’Approche programme à phase multiple (PARN-APPM) et financé par la Banque mondiale.

«C’est toujours un privilège pour l’Unicef de pouvoir participer à l’amélioration de l’état nutritionnel à Madagascar, via ce projet», a noté son représentant.

1.895.500 dollars de l’Unicef

Cette assistance technique, financée à hauteur de 6.537.498 millions de dollars, dont 1.895.500 de l’Unicef, est destinée à renforcer les capacités et l’accompagnement des acteurs, au niveau central et déconcentré, sur le plan managérial. La prévention du retard de croissance chez les enfants nécessite une mise en œuvre harmonieuse et coordonnée du projet PARN.

Selon le phasage de ce projet, cette année, Vakinankaratra, Matsiatra Ambony, Amoron’ Imania et Itasy en sont les bénéficiaires. En 2020, ce sera le tour de Bongolava et en 2021, Analamanga et Alaotra Mangoro.

 

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.