Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Législatives: les candidats se positionnent sur l’échiquier

Législatives: les candidats se positionnent sur l’échiquier

Après le tirage au sort des numéros des candidats aux législatives. Les candidats disposent désormais d’un peu plus d’un mois avant le lancement de la campagne électorale, le 6 mai. En attendant, ils commencent à se positionner sur l’échiquier.

Place aux choses sérieuses.  Plus qu’un mois avant le début officiel de la campagne électorale, l’effervescence est déjà palpable.  Et pour cause, après le tirage au sort des numéros des candidats, hier, chacun y va désormais de sa précampagne.

D’autres n’ont d’ailleurs pas attendu longtemps pour se faire remarquer sur les plateaux de télévision à coup de publicité déguisée, à travers diverses manifestations telles que les descentes dans la rue ou encore la distribution de produits de première nécessité. Un candidat dans le Ve arrondissement de la capitale ainsi qu’un élu sortant de l’Atsimondrano sont d’ailleurs des spécialistes en la matière.

Pour la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), les candidats sont en précampagne et sont autorisés à le faire. «Il faut tout simplement éviter de tomber dans la campagne électorale avant l’heure», a indiqué le vice-président de l’organe, Thierry Rakotonarivo récemment. D’ailleurs, les contours d’une précampagne n’existent pas dans les textes règlementaires. Jusqu’ici, la seule limite reconnue c’est le fait de ne pas inciter à voter pour telle ou telle personnalité.

Visibilité et gésticulation

Toujours est-il que, jusqu’ici, même si la majorité des candidats aux législatives est composée d‘indépendants,  ce sont toutefois les candidats issus des grands partis tels que le Tim et le  Mapar qui sont les plus visibles, du moins sur le plan médiatique et les réseaux sociaux. L‘enjeu est, évidemment, d’arriver à avoir la majorité à l‘Assemblée nationale.

Les prétendants aux législatives du K25 se sont par exemple donné rendez-vous à Faravohitra pour s’afficher aux côtés de leur «mentor».  Tandis que les candidats du parti proche du régime jouent leur proximité avec le pouvoir pour mobiliser la foule. A Antalaha, par exemple, le candidat Jerry Rakotondramiarana s’est montré aux côtés des autorités étatiques lors du déplacement du Premier ministre du mercredi dernier. C’était pour calmer la population locale suite à leur manifestation et l’incendie du bureau de la Jirama la veille. A Toliara, Siteny Randrianasoloniako, proche du régime profite de cette précampagne pour présenter à grande pompe sa liste composée entre autres par  de l’artiste Mamy Gotso.

La Ceni a ainsi procédé hier au tirage au sort des numéros des candidats à inscrire dans le bulletin unique dans toute l’île, notamment auprès des différents Organes de vérification électorale des candidatures (Ovec), soit dans les 119 districts. Une fois les numéros connus, l’organe électoral procèdera à la collecte des photos et logos des candidats ou des partis politiques avant de pouvoir commencer l’impression des bulletins uniques.

A noter que l’impression desdits bulletins sera effectuée en Afrique du Sud à partir du 26 mars prochain, comme lors de la présidentielle de 2018, moyennant la somme de 5 millions d’ariary de caution. Les spécimens seront également bientôt distribués aux candidats et aux  sociétés civiles pour sensibiliser les électeurs.

J.P/T.N

Toamasina à suivre de près

Une course très serrée est attendue dans la ville de Toamasina pour les prochaines législatives où il n’y aura que deux places pour une pléiade de candidats de renom. De grosses pointures, dont certains jouent leur avenir politique, vont en effet s’affronter aux urnes.

A l’issue du tirage au sort des numéros des candidats, le candidat du Tim, Jean Claude Roger Rakotonirina, portera le dossard n° 1, tandis que l’indépendant Harison Sébastien Benessy endossera le n° 3. Pour leur part, les anciens ministres Pierrot Botozaza (n° 4), Irma Naharimamy (n° 8) de la liste « Isika Rehetra Miaraka @ Andry Rajoelina », Roland Ratsiraka (n° 9) du MTS ou encore Johanita Ndahimananjara (n° 11) seront aussi de la partie. L’ancien élu Arnaud Tody Arnaud (n° 5) et l’ancien Chef de région Alain Mahavimbina  briguent aussi un siège au palais de Tsimbazaza.

 

Les commentaires sont fermées.