Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Des partis parasites en orbite

Des partis parasites en orbite

Les élections pour accéder au cercle des décideurs se poursuivent mais ne se ressemblent pas au pays.

La course vers Tsimbazaza est engagée pour les férus de pouvoir. Les obstacles semblent plus aisés par rapport à ceux de la présidentielle, pour des questions de niveau, logiquement. Mais, la lutte n’en est point moins serrée si l’on se réfère aux branle-bas de combat constatés dans les états-majors des candidats.

Des concurrents ont été éliminés dès le premier coup de sifflet pour plusieurs paramètres, malgré leur volonté de s’aligner sur le starting-block. D’autres éliminations devront suivre en application des textes, par ricochet, car la tiédeur affichée des partis politiques dans la présentation de candidats, illustre l’inutilité de leur raison d’être.

Tout parti politique crédible se voue à accéder au pouvoir, à quelque degré que ce soit, et les élections restent l’unique moyen légal et démocratique d’y parvenir. Or, ces pseudo-partis politiques évitent sciemment les urnes, au détriment des particuliers, en avançant des explications oiseuses. Ils doivent ainsi être sanctionnés et écartés des valses politiques habituelles de l’Hémicycle.

Ou qu’ils se dissolvent d’eux-mêmes, alors, pour se laisser phagocyter par leurs homologues plus matures, ou qu’ils disparaissent à tout jamais du paysage politique national où ils ne serviront que de catalyseurs des mouvements de déstabilisation. Dans le cas contraire, l’Etat doit mettre un œil sur ces entités sans vocation, pépinières des crises cycliques devenues endémiques de Madagascar depuis l’Indépendance.

Manou

 

 

 

Les commentaires sont fermées.