Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Législatives: possible retouche du gouvernement

Législatives: possible retouche du gouvernement

La liste officielle des candidats retenus aux législatives, est attendue cette semaine. La démission des ministres candidats devra intervenir sitôt après.

Légère retouche ou système d’intérimaire. L’Exécutif pourrait choisir entre ces deux options dans les jours à venir en ce qui concerne les membres du gouvernement. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) prévoit en effet de publier la liste des candidats retenus aux législatives, cette semaine, alors que selon les informations susurrées, jusqu’ici, deux membres de l’actuel gouvernement font partie des postulants. Il s’agit notamment de la ministre de l’Education nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, Marie Thérèse Volahaingo, ainsi que de la ministre de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme, Irma Naharimamy.

Ayant déjà été des élues, les deux personnalités seraient les porte-étendards du groupement de soutien au Président de la République, respectivement à Befandriana et à Toamasina I. Si leur candidature se confirme, ces membres du team Christian Ntsay devront rendre leur tablier ou leur maillot, c’est selon.

Les textes règlementaires imposent en fait cette disposition d’abandonner  l’usage de prérogatives publiques à des fins de campagne électorale.  «Les fonctions de membre du Gouvernement sont incompatibles avec l’exercice de tout mandat public électif, de toute fonction de représentation professionnelle, de l’exercice de toute fonction au sein d’institutions religieuses, de tout emploi public ou de toute autre activité professionnelle rémunérée»,  dispose à ce titre l’alinéa 1er de l’article 64 de la Constitution. Et d’ajouter, «Tout membre du Gouvernement, candidat à un mandat électif, doit démissionner de ses fonctions sitôt sa candidature déclarée recevable».

Respect des textes règlementaires

Des dispositions réaffirmées par l’article 6, alinéa 5, de la loi organique n°2018-008 relative au régime général des élections et des referendums. En effet, «Toute personne, fonctionnaire ou non, nommée aux hautes fonctions et hauts emplois civils et militaires de l’Etat, dont la liste est fixée en annexe à la présente Loi organique, candidate à des élections, doit démissionner de ses fonctions à compter de la date de publication de la liste officielle des candidats». Les personnalités en question sont, entre autres, les membres du gouvernement, les ambassadeurs ou encore les responsables militaires.

Quoi qu’il en soit, au niveau de l’Exécutif, le cas des deux membres du gouvernement candidats aux prochaines législatives, a déjà été examiné. «Pour le moment, je ne peux rien avancer à propos d’un éventuel remaniement. Il appartient au Premier ministre et au Président de la République de statuer sur ce sujet», a fait savoir récemment un membre du gouvernement.

 

Rakoto

 

 

Les commentaires sont fermées.