Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Biodiversité de Madagascar: 224 espèces endémiques obtiennent des brevets

Biodiversité de Madagascar: 224 espèces endémiques obtiennent des brevets

Le «Katrafay» ou Cedrelopsis grevei, le «Voanenina» la pervenche de Madagascar et le «Reniala» ou le Baobab majestueux font partie des 224 espèces endémiques de Madagascar qui viennent d’obtenir des brevets.

De 1980 à 2010, des produits issus de 6.700 espèces du pays sont également brevetés. Cependant, malgré ces statistiques, «on ne peut pas dire que les acteurs qui interviennent dans l’exploitation des ressources phytogénétiques au pays, en tirent profit des avantages actuellement», déplore hier, Lolona Ramamonjisoa, le point focal national du protocole de Nagoya, en marge de l’atelier sur la biodiversité organisé par le ministère de l’Environnement et du développement (Medd), au Carlton Anosy.

En effet, la vente mondiale de produits naturels issus de ces ressources a atteint 455 milliards de dollars en 2016, si elle était seulement de 1,9 milliard en 1980.

Renforcement des capacités

Face à cette situation, un atelier de renforcement des capacités des parties prenantes œuvrant dans l’exploitation des ressources phytogénétiques et des connaissances traditionnelles associées, a été organisé depuis lundi jusqu’à hier. Les notions de base et la sensibilisation sur le changement climatique et l’Accès

et le partage des avantages (Apa), décrit dans le protocole de Nagoya sur la diversité biologique, ratifié par Madagascar en 2014 et adopté par décret le 31 janvier 2017, ont été largement abordés.

Les participants ont été informés sur les enjeux économiques de l’Apa au niveau national et international, les rôles à jouer par nos chercheurs dans le processus et les scenarii de mise en œuvre du protocole dans différents pays afin d’orienter les options stratégiques pour Madagascar.

Le secteur privé joue aussi un rôle prépondérant dans ces nouvelles démarches d’accès aux ressources phytogénétiques.

Sera R.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique