Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Port de Toamasina: les travaux d’extension achevés à 25 %

Port de Toamasina: les travaux d’extension achevés à 25 %

Les travaux d’extension du port de Toamasina, lancés en avril 2018, sont aujourd’hui achevés à 25%. La phase I du projet devrait durer 30 mois. D’autres travaux sont également initiés par la Société du port à gestion autonome de Toamasina (Spat).

Le projet est aujourd’hui dans sa première phase, appelée Package I et qui devrait durer 30 mois. Cette phase comprend le remblayage de 10 hectares du récif Hastie et la fabrication de 3.600  blocs de béton appelés « Dolos », pesant 35 et 50 tonnes chacun et qui serviront à prolonger de 345 mètres supplémentaires la brise lame déjà existante. Dans un premier temps, le nouveau terre- plein accueillera le chantier de fabrication des « Dolos ». Mais à terme, il servira de zone de stockage de conteneurs.

« Le consortium d’entreprises composé de Penta Océan et de Dahio Corporation, chargé de l’exécution des travaux a parfaitement respecté le calendrier », a déclaré Samuel Ranaivojaona, directeur du développement et de l’aménagement portuaire de la Spat.

Nouvelle aire de stockage de 5 hectares

Les travaux d’extension comprennent en outre la construction d’une nouvelle aire de stockage de 10 hectares des conteneurs qui devra être achevée en 2022. Mais avec une croissance annuelle de 10% du volume de marchandises transitant au port, les infrastructures existantes seront vite saturées. D’où la décision de la Spat d’initier avec ses propres moyens la construction d’une nouvelle aire de stockage de 5 ha. Lancés l’année dernière, les travaux sont déjà presque achevés.

La Spat a également entamé la rénovation du silo de 25.000 tonnes, à l’arrêt depuis deux ans et demi. Les travaux devront être finis en juin. L’utilisation du logiciel Simatic manager Step 7 accompagnera également cette réhabilitation.

Divers dispositifs accompagnent le projet

Près de 300 personnes s’activent quotidiennement sur le chantier. A part les techniciens japonais, selon Namiki Hiromi, le principal responsable de

l’équipe japonaise, l’ensemble du personnel est composé de Malgaches. La grande majorité est issue de la région de Toamasina car le recrutement local fais partie des exigences imposées par la Spat aux entreprises qui exécutent  les travaux.

Par ailleurs, la cellule anticorruption (CAC) est en place et supervise tous les points susceptibles d’être touchés par la corruption comme les procédures de passation de marché ou le recrutement du personnel, comme l’a fait savoir son président Tsifoina Andrianarivelo.

La protection de l’environnement fait partie des volets les plus importants de ce projet. Selon le Cdt Jami Injona, responsable de la cellule environnementale, des cahiers de doléances ont été mis à la disposition des habitants au niveau des communes pour que les citoyens puissent remonter régulièrement les informations au niveau des responsables.

Plus important financement

Avec un budget prévisionnel de 639 millions de dollars dans le cadre d’un partenariat avec l’Agence japonaise de coopération  internationale (Jica), le port de Toamasina bénéficie aujourd’hui d’un financement important consacré à la construction d’une infrastructure publique réalisée à Madagascar après l’indépendance.

Le Package II devra démarrer juste après la fin du Package I au cours de l’année 2020. L’appel à manifestation d’intérêt pour choisir les entreprises qui vont l’exécuter, a déjà été lancé au mois d’octobre de l’année dernière.

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.