Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Kidnapping à Tsaratanana: un candidat à la députation interpellé

Kidnapping à Tsaratanana: un candidat à la députation interpellé

A la suite du kidnapping d’un candidat à la députation, survenu dimanche, un autre candidat à la prochaine députation a fait l’objet d’une arrestation avant-hier à Tsaratanàna.

Coup de théâtre dans le chef-lieu du district de Tsaratanàna. Les forces de l’ordre ont procédé, avant-hier, à l’arrestation d’un candidat aux prochaines législatives. L’individu, un candidat indépendant, est soupçonné d’être le commanditaire présumé de l’enlèvement de Bonjean Haingotiana Rakotozafy, lui aussi candidat mais sous les couleurs du parti Mapar.

Très peu d’informations circulent sur cette affaire, mais l’on sait d’une source locale que le concerné est actuellement placé en garde à vue au niveau de la gendarmerie depuis son arrestation.

Il aurait indiqué que son interpellation est une manœuvre d’origine politique entreprise pour l’écarter de la course à la députation. Quoi qu’il en soit, la gendarmerie poursuit l’enquête afin de retrouver Bonjean et de mettre la main sur ses ravisseurs.

Deux personnes sont donc, jusqu’à présent, interpellées dans le cadre de cette affaire. La première a été capturée lundi et a évoqué des noms. Ce qui a permis aux enquêteurs de mener les investigations.

Rappel des faits

Trois individus armés ont enlevé Bonjean dans la nuit de dimanche à lundi dans le village d’Androfia, entre les communes de Befanoro et de Bekapaika, alors qu’il comptait se rendre à moto à Tsaratanàna ville pour déposer son dossier de candidature aux législatives. Il était accompagné d’un ami. Celui-ci a réussi à prendre la fuite, contrairement à Bonjean qui a été enlevé par les trois hommes.

Le premier contact entre la famille de la victime et les ravisseurs, remonte à lundi. Ces derniers ont réclamé une rançon de 40 millions d’ariary en échange de la libération de l’otage.

Ando Tsiresy

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique