Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Ne tirez pas sur l’artiste

Ne tirez pas sur l’artiste

Après avoir brillé sous le feu des projecteurs, des artistes  de renom et des auteurs compositeurs de talent, ambitionnent aussi de faire figure de proue au sein de l’Hémicycle. Des chanteurs et danseurs veulent devenir des législateurs et des acteurs de la vie politique.

Sans conteste, ils vont surfer sur la vague de leur succès auprès de leur public inconditionnel pour y parvenir. Cette fois, le stade plein à craquer lors de la campagne, prendra une toute autre dimension non plus artistique, mais politique. Ils vont enflammer la scène, comme ils savent le faire, non pas pour le compte d’autrui ni d’un parti, mais pour leur carrière politique.

Un grand «show» mal vu pour certains qui pensent qu’il faut laisser la politique aux politiques et la culture aux artistes. Ces derniers temps,  le profil d’un candidat artiste aux législatives suscite un vif débat sur les réseaux sociaux et sur les ondes. Beaucoup n’hésitent pas à dire que les chanteurs n’ont pas leur place à Tsimbazaza. C’est inapproprié même. Ce n’est pas parce qu’on sait faire danser la foule ou enivrer le public qu’on peut faire un bon député. Cela demande quand même un minimum de niveau d’études, selon les propos de certains, taxés par les autres de discrimination.

Plusieurs n’adoptent pas ces idées. Depuis des Républiques, Madagascar est dirigé par des politiques intellectuels prétentieux et aller voir les résultats. Dire que les artistes n’ont rien à faire dans la politique est une foutaise, surtout après l’avènement de Andry Rajoelina au pouvoir qui rappelons-le, un ancien DJ. «Si Madagascar a touché le fond, c’est à cause des politiques», a souligné un auditeur sur une chaîne privée de la capitale. «Laissons la scène maintenant aux artistes», a-t-il a ajouté. Et de conclure, «certains ont la même courte car durant les régimes successifs, des artistes ont toujours réussi à siéger à l’Assemblée nationale».

RA

 

Les commentaires sont fermées.