Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans: À la Poste de Tamatave

Si le service intérieur de la Poste est fait par le personnel européen d’une façon irréprochable, et mieux même que dans la capitale au dire de certains voyageurs, il n’en est pas de même du service extérieur fait par les facteurs indigènes. Soit qu’ils ne sachent pas suffisamment lire, soit qu’ils ne comprennent pas la signification des mots, ils se trompent souvent et portent lettres et journaux ailleurs que chez les destinataires.

Par exemple : Il y a quelque temps, le facteur de la rue du Commerce remit une lettre à un habitant de cette rue parce que ce dernier avait prénom Jacques, écrit sur l’adresse, comme celui à qui la lettre était destinée.

Une autre fois, il fut remis à un commerçant une lettre adressée à un consul parce que le mot commençait par un C. Enfin, les lettres et journaux arrivés par le dernier courrier de France, adressés à un habitant de la rue Amiral Pierre portant le même nom que celui de la rue Nationale, furent remis à ce dernier alors que l’adresse ne donnait lieu à aucune équivoque et mentionnait : rue Amiral Pierre.

On conçoit les ennuis et les soucis que causent de pareilles erreurs surtout lorsqu’il s’agit du courrier de France ou des lettres de soldats.

Ce n’est pas une raison, parce qu’on a eu affaire à des gens consciencieux qui ont remis lettres et journaux aux destinataires, pour ne pas attirer l’attention de la direction des Postes sur les facteurs malgaches qui ne connaissent pas leur métier.

Nous signalons ces faits à qui de droit, en espérant qu’il y sera mis bon ordre.

Le lavoir public

Un groupe de blanchisseuses nous fait observer que l’eau provenant du puits artésien dont il est question dans le projet d’adduction d’eau est saumâtre et par conséquent impropre à l’alimentation du lavoir public également projeté.

Nous faisons part de cette observation à qui de droit, en exprimant le vœu que des études soient faites immédiatement dans le but de savoir s’il est possible ou non d’amener par canalisation les eaux de source existantes dans le voisinage de Farafate.

 

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique