Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Parents en situation de précarité: des freins à l’éducation scolaire dans le sud

Parents en situation de précarité: des freins à l’éducation scolaire dans le sud

Quand les parents sont en situation de précarité, cela a des conséquences sur l’éducation de leurs enfants. Etsimora Emanandaza, un jeune étudiant de l’Ecole normale supérieure de l’université de Toliara, filière Science de l’éducation, vient d’obtenir sa Licence en enseignement supérieur, en apportant une réflexion sur les problèmes éducatifs en milieu rural. Interview.

. Les Nouvelles : Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir comme sujet de mémoire de fin d’études «Les problèmes éducatifs en milieu rural, cas de la commune rurale de Tongobory, Cisco Betioky Sud, Dren Atsimo Andrefana».

– Etsimora Emanandaza: C’est un vrai problème qui touche la majorité du milieu rural, notamment dans la partie sud de Madagascar. J’estime qu’il est pertinent de soulever ce cas qui est la cause de la déperdition scolaire actuelle dans la campagne. D’ailleurs, j’ai passé mes études primaires à Tongobory avant de poursuivre à Betioky Sud où j’ai réussi à obtenir mon Bac. Mon objectif est ainsi de sensibiliser les parents et les responsables sur la promotion palpable d’un développement socio-économique en milieu rural qui va garantir l’accès à une éducation de qualité.

. Dans votre mémoire, vous avez soulevé que la fréquentation scolaire irrégulière et les abandons en cours d’études des élèves sont liés en grande partie à la situation des parents…

– En effet, la région de Tongobory possède des potentialités économiques considérables, comme l’agriculture, l’élevage, la pêche. Mais ces ressources sont exploitées d’une manière superficielle et traditionnelle, juste pour la survie. La majorité de la population vit ainsi dans la pauvreté, faute de ressources financières suffisantes. Cette situation précaire se manifeste par la malnutrition et la mauvaise santé des enfants qui les empêchent de fréquenter régulièrement l’école. Outre le fait que les parents sont souvent dans l’incapacité d’acheter les manuels et les fournitures scolaires nécessaires, sans oublier que les enfants doivent les aider dans les champs, il est tout à fait normal que le taux d’absentéisme scolaire explose en milieu rural.

. Est-ce qu’il y a aussi d’autres raisons ?

– Oui. A tout cela s’ajoute la conception négative des parents sur les études. Selon eux, en effet, plus leurs progénitures poursuivent leurs études, plus les dépenses augmentent. Et même s’ils obtiennent des diplômes, leurs enfants ne trouveront pas d’emploi et deviendront des chômeurs. Ces derniers seront ainsi toujours à leur charge. Poursuivre les études, notamment supérieures, est donc une perte de temps. D’après les parents, il vaut mieux orienter leurs enfants, dès leur enfance, à des activités plus lucratives et productives.

. Si nous parlons des enseignants ?

– Les enseignants sont la clé de voute de l’enseignement en vue d’une éducation de qualité. Or, on constate que la situation des enseignants s’est dégradée de jour en jour sur tous les plans. Un facteur de démotivation, à ne pas prendre à la légère. Si les enseignants fonctionnaires doivent se contenter de leur maigre salaire qui ne peut pas subvenir à leurs besoins, selon leurs dires, la situation des maîtres Fram est encore pire. Dans les EPP du Zap de Tongobory, sur les 90 enseignants recensés, 78 d’entre eux sont des maîtres Fram non subventionnés.

. Et côté infrastructures ?

– L’efficacité de l’enseignement dépend d’un environnement scolaire favorable comme des écoles attrayantes ainsi que des moyens matériaux et logistiques adéquats. Dans la Zap de Tongobory, bon nombre de bâtiments scolaires ont été construits pendant la deuxième République et sont dans un état de délabrement total actuellement car aucun entretien n’a été entrepris depuis. D’autant  que  les salles de classe sont encore très insuffisantes par rapport au nombre d’élèves.

 

Propos recueillis par Sera R.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique