Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Changement: le Sefafi, entre doute et espoir

Changement: le Sefafi, entre doute et espoir

L’initiative pour le changement a commencé et il ne reste plus qu’à attendre la suite. Entre le doute et l’espoir, le Sefafi attend les véritables changements que le nouveau régime apportera dans le pays.

«Nous attendons de voir la suite», a indiqué Ralison Randriamandranto, membre de l’Observatoire de la vie publique (Sefafi), hier à Anosy, dans le cadre de la présentation de son 17e recueil intitulé «On prend les mêmes et on recommence ?».

Il estime, en effet, que des débuts de changements ont été constatés juste après l’entrée en action du nouveau régime. Plusieurs points ont été pris en compte, notamment la nomination du Premier ministre juste après la prestation de serment du président de la République. «Le régime précédent avait pris trois mois avant de dévoiler son chef du gouvernement», a rappelé le Sefafi.

Se sont aussitôt enchaînées la présentation de la Politique générale de l’Etat (PGE) et l’abrogation de la nomination de plusieurs ambassadeurs. «Nous espérons qu’il y aura réellement un changement de vision et de méthode de travail et pas seulement au niveau des personnes», a souligné Annie Rakotoniaina, également membre du Sefafi.

L’Etat de grâce ne dure pas longtemps

Pour le Sefafi, la PGE marque en général une avancée vers le changement, d’autant qu’elle est liée à l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM). Cependant, les informations sur le sujet ne sont pas suffisantes et les citoyens ne sont pas mieux éclairés.

«Nous attendons réellement en quoi la PGE pourrait se traduire en action dont le régime actuel aura à prouver», a noté Ralison Randriamandranto. La Société civile attend ainsi de pied ferme les résultats à venir car, «l’Etat de grâce ne durera pas longtemps. Le président de la République détient tous les pouvoirs actuellement mais il devra privilégier le dialogue pour ne pas se mettre dans une situation difficile», a expliqué Ralison Randriamandranto.

Le Sefafi sera ainsi particulièrement vigilant sur l’exécution de la PGE, la culture de l’impunité et celle de la compétence, notamment au niveau des différents ministères.

«Népotisme, favoritisme ou ethnocentrisme, en verra-t-on encore dans les administrations ?», s’est-il interrogé. «Dans tous les cas, le travail a bien commencé si on peut le dire ainsi», a constaté la Société civile.

Outre les premières décisions de l’Exécutif, les arrestations spectaculaires ont également été remarquées. «Là encore, nous attendons la suite», a-t-il conclu.

Tahina Navalona

Sahondra Rabenarivo se retire du Sefafi

Compte-tenu de ses nouvelles fonctions auprès du Comité pour la sauvegarde de l’intégrité (CSI), Sahondra Rabenarivo, s’est retirée du Sefafi pour des raisons d’éthique. Toutefois, elle était encore présente hier étant donné qu’elle était parmi ceux qui ont rédigé le 17e recueil. Néanmoins, «Cela ne changera en rien aux décisions et à la vision du Sefafi», a indiqué Annie Rakotoniaina.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique