Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Corruption: des sanctions vont tomber

Corruption: des sanctions vont tomber

Le régime a déclaré «zéro tolérance» en matière de lutte contre la corruption. Des sanctions vont tomber.

Menace de sanction. Lors du rendez-vous hebdomadaire de l’Exécutif, hier, le Chef de l’Etat a rappelé que la lutte contre la corruption fait partie des principaux défis du régime. Plusieurs points ont été évoqués à cet occasion, notamment «la tolérance zéro et l’exemplarité des sanctions en matière de corruption qui s’appliquent à tous et dès maintenant», rapporte le communiqué du conseil des ministres. La missive rappelle que

les corruptions avérées seront pénalement sanctionnées suivant la loi et en plus du remboursement intégral des fonds détournés par les incriminés. A titre d’illustration, «Tout fonctionnaire impliqué dans les affaires de corruption sera immédiatement radié de la fonction publique», ajoute le communiqué.

Sur ce, les priorités en matière de lutte contre la corruption tourneront autour de plusieurs axes, dont les luttes contre les marchés fictifs, les corruptions au sein des collectivités territoriales décentralisées, des services fonciers, de la justice, de la gendarmerie nationale, de la police nationale, de l’éducation nationale, de l’environnement, de la douane et des impôts. Il s’agit principalement, en somme, des secteurs gangrenés par la corruption.

Selon les résultats des enquêtes de l’Afrobaromètre, présentés mardi dernier, 79% soit 3 Malgaches sur 4, ont estimé que le niveau de corruption a beaucoup augmenté durant l’année écoulée. Plus encore, 44% des Malgaches pensent que les policiers et les gendarmes sont impliqués dans des affaires de corruption. Les juges et les magistrats sont classés deuxième sur la liste, selon les 39% des personnes enquêtées. Le régime doit alors batailler pour rétablir la confiance des citoyens en matière de lutte contre la corruption. Sur ce, l’actuel Exécutif veut mettre un cran d’arrêt à ce fléau.

Nouvelles mesures

Une note d’information de la Présidence a rappelé hier que des nouvelles mesures seront adoptées de manière à renforcer et à améliorer le cadre juridique et institutionnel de la lutte contre la corruption avec des motivations pour les bons fonctionnaires et des sanctions exemplaires pour les récalcitrants.

«Nous allons procéder à la nomination d’un nouveau responsable pour diriger le Comité de Sauvegarde de l’intégrité (en la personne de Sahondra Rabenarivo, ndlr). Cette entité aura la responsabilité de proposer prioritairement des nouvelles procédures pour sécuriser les concours d’entrée dans la fonction publique. Il faut assurer la transparence des concours administratifs en accélérant la publication des résultats et en renforçant la sécurisation des notes des candidats, ainsi que la mise en place d’un mécanisme efficace pour dénoncer les cas de corruption dans ce domaine», rapporte la note d’information.

Les marchés publics ou encore le standard de service public, tous passeront au peigne fin désormais. «La fixation des contributions des usagers aux éventuels frais d’un service public doit être affiché et égale pour tous et surtout limitée aux prestations réelles et aux coûts des documents administratifs. La fixation de ces frais doit prendre en compte la capacité contributive de l’usager et obéir à un barème public, transparent et précis. Il faut mettre fin aux «allers-retours» inutiles des citoyens pour obtenir un document administratif», rappelle la note d’information émanant du Chef de l’Etat.

J.P

Les commentaires sont fermées.