Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Détournement de biens de l’état: un an de prison ferme pour Hugues Ratsiferana

Détournement de biens de l’état: un an de prison ferme pour Hugues Ratsiferana

Le conseiller de l’ancien président de la République, Huges Ratsiferana, vient d’écoper d’un an de prison ferme assorti d’une amende de cinq millions d’ariary.

Hugues Ratsiferana, ancien premier responsable de l’Agence malagasy de développement économique et de promotion des entreprises (AMDP) et un coaccusé, n’ont pas échappé à l’emprisonnement. Le Tribunal de première instance d’Antananarivo a prononcé le verdict, hier, en l’absence de l’accusé. Il est condamné à un an de prison ferme assorti d’une amende de 5 millions d’ariary. L’ancien conseiller à la présidence dispose, toutefois, de dix jours pour faire appel de cette décision de justice. A rappeler qu’il est placé en détention préventive depuis le 2 février dernier.

Le 27 janvier dernier, l’ancien Président du comité national d’organisation du XVIe sommet de la Francophonie avait transporté à bord d’un camion des matériels informatiques et des fournitures de bureau de l’AMDP d’Antaninarenina jusqu’à son domicile. Ce matériel a été offert en guise de don, lors du sommet de la Francophonie.

Alertés, des responsables auprès de la présidence, accompagnés d’un avocat et d’un huissier, s’étaient rendus sur les lieux pour constater les faits et interroger le principal concerné. Ce dernier n’avait aucun document légal en sa possession, justifiant l’autorisation de transporter le matériel, ni moins l’identité de son propriétaire.

Lutte contre l’impunité

Avec un complice, l’ancien haut responsable d’Air Madagascar a été par la suite auditionné auprès du Service des affaires criminelles et spéciales du Toby Ratsimandrava avant d’être entendu au parquet du tribunal d’Anosy.  Entretemps, le ministre de l’Economie et des finances, Richard Randriamandranto, en sa qualité de responsable du patrimoine de l’Etat, s’était déplacé au bureau de l’AMDP à Antaninarenina pour constater de visu les dommages occasionnés par ce forcing sur les lieux.

L’ancien conseiller à la Présidence est le premier à faire les frais de la lutte contre l’impunité que le nouveau régime entend mener sans état d’âme. Chaque responsable étatique devra désormais prendre plus de précaution dans ses agissements, que ce soit en dehors ou dans le  cadre de sa fonction.

Rakoto

Mbola Rajaonah de retour au PAC

De sources concordantes, le Pôle anticorruption (Pac) d’Antananarivo a de nouveau entendu hier, l’opérateur économique Mbola Rajaonah, proche de l’ancien couple présidentiel. Aucune information n’a pourtant filtré de l’audition.

Sous le coup de la justice depuis l’année dernière, cette personnalité serait impliquée dans diverses affaires. Et depuis le 14 février dernier, Mbola Rajaonah se trouve dans la maison de force de Tsiafahy en attendant son procès pour blanchiment d’argent et fraude fiscale.

Du reste, selon une station télévisée locale, l’Etat, par le biais de la Présidence de la République, a porté plainte, vendredi dernier, contre lui. En cause, la confiscation des biens appartenant à l’Etat, à l’instar d’une limousine Mercedes Blindée S600.

Les commentaires sont fermées.