Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Dangers imminents

Dangers imminents

On n’en parlera jamais assez. La décongestion de la capitale est plus que jamais urgente. La construction d’une nouvelle ville qui abritera les bureaux administratifs et les différents ministères, conformément à la vision du président de la République, est une solution, mais en attendant sa réalisation, toute autre idée qui permettrait de désengorger la ville est la bienvenue.

Comme alternative, certains proposent dans un premier temps le déplacement des marchés en dehors de la ville et le changement des itinéraires des bus. A en croire les statistiques, la plupart des infrastructures actuelles de la capitale, ont été conçues au moment où Antananarivo ne comptait que 300.000 personnes. Or, selon les estimations, la Ville des mille compte actuellement environ 3.000.000 habitants.

Vu l’état délabré des nos routes et le nombre élevé des véhicules qui y circulent, il est tout à fait normal que le centre-ville soit saturé à toutes heures de la journée. A cela s’ajoutent les personnes qui y viennent quotidiennement  et uniquement pour travailler ou pour se rendre aux marchés, sans parler des étudiants.

Quand on parle de saturation de la ville, on ne peut pas s’empêcher de parler de ses ordures. Il se trouve en effet que ces derniers temps, des monticules de déchets ont envahi les rues de la capitale. Non seulement ces immondices dégagent des odeurs répugnantes, mais elles représentent également des dangers, aussi bien pour l’environnement que pour la santé. Pire encore, il n’y a pas si longtemps, toute la capitale a eu les pieds sous l’eau à cause de ces détritus qui bouchaient les canaux d’évacuation. Morale de l’histoire : nous courrons à notre perte. «La civette dépose ses ordures, à la source où elle a bu», disait un proverbe africain.

 

Mparany

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique