Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Transport en commun: la qualité des services laisse à désirer

Transport en commun: la qualité des services laisse à désirer

La qualité des services offerts par les transporteurs en commun est loin d’être satisfaisante. Les usagers attendent à ce que le nouveau cahier des charges, qui vient d’être mis en vigueur, apporte une lueur d’espoir sur le sujet. Mais, il faut reconnaître que les changements escomptés ne peuvent pas se faire en un clin d’œil.

Il n’y a pas de miracle. Des efforts doivent être entamés afin d’améliorer les offres de services au niveau du transport en commun. Des efforts qui touchent aussi bien la qualité des véhicules, que le comportement et la conduite des agents qui y opèrent, notamment les chauffeurs et les receveurs des bus.

Les usagers attendent impatiemment l’application de ces mesures, ne serait-ce que pour assurer leur sécurité lorsqu’ils empruntent ce moyen de transport, surtout après la série d’accidents de la circulation, impliquant des taxis-be. C’était le cas récemment à Malaza, où une personne a perdu la vie à cause de l’imprudence du conducteur.

Certes, certaines coopératives font déjà de leur mieux pour protéger la vie de leurs passagers, en renforçant les contrôles des véhicules, mais beaucoup d’autres ne daignent pas respecter les consignes de sécurité, même les plus élémentaires. Malakia figure parmi les rares coopératives qui essaient d’éviter les éventuels risques d’accidents.

«Nous effectuons des contrôles sur chacun des véhicules avant leur départ. Ceux  qui ont un problème ne doivent pas quitter le Primus sans avoir été réparés. Les réparations sont impérativement menées en cas d’anomalie avant tout départ, histoire de prévenir les accidents en cours de route», a souligné le président de cette coopérative, Victorien Emelain.

Nouveau cahier des charges

Mis à part les initiatives des coopératives, un nouveau cahier des charges pour le transport en commun vient également d’être adopté par la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). Cette nouvelle consigne, partagée jeudi dernier avec les opérateurs, devrait apporter un nouveau souffle dans ce domaine. «Des impacts tangibles devront être perçus après une ou deux semaines, si l’ensemble des transporteurs respecte les mesures qui y sont imposées», a souligné le directeur du Transport au niveau de la CUA, Landy Raveloson.

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.