Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Litterature: Riankalo en quête de reconnaissance

Litterature: Riankalo en quête de reconnaissance

Machine ouvrière du «riankalo», Ranoë n’a de cesse de partager sa passion à la jeune génération pour qu’enfin ce genre littéraire soit reconnu à sa juste valeur.

Le XVIIIe siècle a vu naître de nouveaux styles littéraires comme la prose poétique, dont Jean-Jacques Rousseau et Chateaubriand figurent parmi les plus grands précurseurs. Ce courant littéraire a également soufflé à Madagascar à l’orée de 1987. Norbert Eugène Rakotomahafaly se revendique être l’initiateur du «riankalo» qui a été adopté plus tard par une pléiade d’écrivains et d’artistes pour ne citer qu’Om-Gui, le regretté membre fondateur du groupe Ny Ainga. Sorti en 2002, «Zedazeda» constitue le premier ouvrage dédié au «riankalo».

«Bien qu’il soit souvent confondu avec la poésie, le riankalo n’a pas recours aux techniques de rimes et à la disposition du texte traditionnel de la poésie, mais plutôt à l’utilisation des figures de style et en particulier les métaphores», a fait savoir Ranoë. Avant d’enchaîner que «c’est réjouissant de voir l’intérêt que portent les étudiants à l’égard de ce genre littéraire, à travers leurs travaux de recherche à l’université».

Ranoë ambitionne d’intégrer ce genre littéraire dans le système éducatif national, au même titre que la poésie, la nouvelle, l’étude de texte et bien d’autres encore.

 

Joachin Michaël

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique