Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Vie de la nation: l’exemple vient d’en haut

Vie de la nation: l’exemple vient d’en haut

Ambition rime avec rigueur. Et c’est dans cette optique, que la Présidence de la République entend relever le défi du changement dans le pays. Après les gyrophares et les cortèges, fini également l’accueil ou l’accompagnement d’un chef d’institution à l’aéroport d’Ivato, lors des voyages officiels.

Le président et son équipe envisagent d’apporter de sérieuses réformes dans le pays. La rigueur est de mise.

«Le changement commence par une discipline et une rigueur dans la conduite des affaires de l’Etat», a annoncé le communiqué du Conseil des ministres de jeudi dernier. Avant de poursuivre que «les objectifs que le nouveau gouvernement a fixés pour relever le pays, sont ambitieux». Le changement commencera ainsi au sein de l’Administration tant au niveau collectif qu’à l’échelle individuelle.

Après la suppression des laissez-passer des ministres et autres autorités de l’Etat, il a également été décidé d’annuler tous «rituels d’accompagnement ou d’accueil d’un chef d’institution quand celui-ci part ou revient d’un voyage officiel à l’étranger».

Habituellement, ledit chef est accueilli ou accompagné du Premier ministre, des membres du gouvernement ou de parlementaires à l’aéroport d’Ivato. A vrai dire,  le déplacement des hauts dirigeants «constitue une perte de temps pouvant être allouée aux missions qui leur incombent au titre de leurs fonctions respectives. Cela leur permettra d’assurer le fonctionnement optimal de l’Administration publique».

Efficacité

A travers cette décision, l’équipe de la Présidence entend mettre toutes les options en sa faveur pour un maximum d’efficacité et d’efficience. Ainsi, la mobilisation générale de toutes les autorités administratives est requise. Sous cette optique, les moyens et ressources alloués à ces dernières doivent être utilisés à bon escient «tant en termes de temps que de ressources humaines et budgétaires».

Une initiative qui fait ainsi suite aux décisions précédentes de la Présidence, notamment sur l’interdiction de l’usage de gyrophares pour toutes personnalités étatiques en dehors des chefs d’institution.

Bureau de doléances

Afin de prouver un peu plus sa volonté de servir le peuple, la Présidence a fait installer un bureau de doléances censé recueillir les dénonciations, plaintes et doléances liées à la mission de l’Administration publique.

 Ce bureau sera ainsi chargé de «mener des investigations préliminaires sur les cas rapportés (gestion douteuse, inefficacité, corruption ou abus de tout agent des services publics), transmettre aux autorités compétentes du secteur concerné par la plainte, le traitement des dossiers dénoncés et saisir les autorités habilitées d’enclencher une procédure de poursuite à l’encontre des auteurs des faits révélés».

 

Tahina Navalona

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique