Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Clips obscènes: le ministère remet les pendules à l’heure

Clips obscènes: le ministère remet les pendules à l’heure

 

Avant la sanction, la prévention. Le ministère de la Communication et de la culture est monté au créneau, face à la promotion des clips portant atteinte aux valeurs communes, qui déferlent sur les réseaux sociaux comme sur nos petits écrans.

C’est un constat. Ces dernières années, les clips à caractère obscène gagnent de plus en plus de terrain sur la toile et dans le paysage médiatique, sans que personne n’ose vraiment prendre les mesures qui s’imposent. Le communiqué ministériel publié jeudi  constitue justement une piqûre de rappel de la Loi n°2016-029, portant code de la communication médiatisée.

Le ministère met en garde les professionnels du secteur  par rapport aux productions «portant atteinte aux valeurs communes du Soatoavina malagasy et surtout, celles se rapportant aux Fady garantissant la sauvegarde de l’intimité ainsi qu’aux bonnes mœurs». Le but étant de «préserver les enfants mineurs de toute incitation à la débauche sexuelle».

La loi est claire

«L’outrage aux bonnes mœurs commis par les moyens de communication médiatisée est puni d’une amende de 2.000.000 à 5.000.000 d’ariary. Est punie de la même peine l’outrage aux bonnes mœurs à travers toute exposition de dessins, gravures, peintures, emblèmes ou images obscènes par tout support audiovisuel», selon la Loi article 31.

C’est devenu une pratique anodine, voire courante, depuis que le matraquage médiatique est très tendance dans le pays. Pour y remédier, bon nombre d’artistes et d’acteurs culturels prônent le retour de la censure, même si cette époque est révolue. Il tient à rappeler que Madagascar dispose d’une Direction de la régulation des médias sauf que le rôle de cette autorité n’est pas clairement défini.

Joachin Michaël

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique