Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Charte de bonne conduite: le comité paritaire lance un appel au PRM

La présidentielle étant achevée, le comité paritaire pour la charte de bonne conduite dresse le  bilan de ses activités. Et autant dire qu’il est mitigé  car sur les 36 candidats à la présidentielle, 15 candidats seulement ont adhéré à la charte.

«Nous rappelons que même si le candidat n°13 n’était pas signataire de la charte de bonne conduite et d’intégrité lors de la cérémonie du 3 octobre 2018, via son mandataire, il a été favorable aux engagements de la charte», a précisé le communiqué du comité qui en a profité pour lancer un appel au président de la République, Andry Rajoelina.

Déclaration de patrimoine du président

Dans le cadre de la lutte contre la corruption, le comité de suivi invite le président à «publier sa déclaration de patrimoine en début et fin de mandat, auprès du Bianco et à allouer des dotations budgétaires spécifiques aux institutions en charge de la lutte contre la corruption».

Cependant, il est également appelé à «concrétiser ses engagements et promesses électoraux ainsi qu’à initier un dialogue national pour la refondation de la nation, gage de la stabilité sociale».

Parmi les faits positifs figurent ainsi le respect des engagements relatifs à la promotion des jeunes, des femmes et des groupes vulnérables dans le processus électoral. S’ensuit la déclaration volontaire des patrimoines, auprès du Bianco, et la publication des noms de candidats signataires, du montant, de la nature et de la provenance des sources de financement.

Des engagements violés

Concernant les points négatifs, quatre engagements ont carrément été violés.  Il s’agit de la tenue d’un langage modéré et non agressif durant le processus, l’achat de voix, l’interdiction de la manipulation de la liste électorale, ou encore l’utilisation des moyens mis à la disposition de l’Etat.

D’après le comité paritaire, le candidat n°12 et ancien président, s’est démarqué de par ses nombreuses violations des engagements qu’il a signés. Dans tous les cas, le comité a tenu à «saluer la bonne volonté de l’ensemble des candidats pour avoir respecté les règles démocratiques».

 

T.N

 

 

Les commentaires sont fermées.