Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

La pluie fait des siennes

La pluie fait des siennes

Après les glissements de terrain, les effondrements des maisons, vient l’inondation. Décidément, le début d’année est réellement pluvieux pour la capitale. Des courtes mais phénoménales averses ont pris de courts les Tananariviens hier après midi. En quelques minutes, autant d’eau dans le décor. Le niveau a atteint des nouveaux records. Du jamais vu ces dernières années.

Dans le centre ville, on se serait cru à Venise. Comment en est-on arrivé là? Tout le monde est responsable. Les autorités ont beau aménager les lieux pour le plaisir des yeux, mais le fond du problème n’est toujours pas résolu. Il n’y a rien du mal à aménager des jardins, supprimer les embouteillages, réglementer la circulation ou construire de belles infrastructures, mais apparemment certains habitants de la capitale ne font qu’à leur tête.

La propreté est l’affaire de tous. Et elle se conjugue avec le civisme. Sauf que dans la ville des Mille, on est encore loin de cet idéal qui fait la renommée de plusieurs grandes villes du monde. Pour dire qu’il ne faut s’interroger et jeter les fautes sur les autres si Antananarivo place au premier rang des villes les plus sales d’Afrique.

Les efforts entrepris pour assainir la ville sont vains si les remblayages de la plaine d’Antananarivo vont continuer de plus belle. Tàna se retrouvera toujours sous les eaux si ses habitants ne prennent pas conscience de l’importance de la propreté en ne jetant pas des déchets n’importe où, surtout dans les égouts et les canaux d’évacuation d’eau .

 

Tahina Navalona

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique