Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Révision de la liste électorale: le KMF/Cnoe répond à la Ceni

Révision de la liste électorale: le KMF/Cnoe répond à la Ceni

Alors que la révision de la liste électorale sera clôturée provisoirement le 15 février, la Ceni est préoccupée par le faible taux d’inscription des citoyens. L’organe a pointé du doigt la société civile, les partis politiques et la Ceni elle-même. Du coup, certaines organisations de la société civile réagissent, à l’instar du KMF/Cnoe.

Le président du KMF/ Cnoe, Andoniaina Andriamalazaray s’est exprimé hier face aux propos de la Ceni, selon lesquels la société civile n’assure pas correctement ses fonctions.

«La contribution de la société civile n’est pas nécessaire si les responsables font bien leur travail», a-t-il indiqué  au téléphone. Il a expliqué que son organe est à pied d’œuvre dans la sensibilisation des citoyens relative à la Révision annuelle de la liste électorale (Rale).

«La Ceni devrait sûrement s’adresser aux organisations de la société civile ayant bénéficié du financement», a-t-il souligné. Pas plus tard que la semaine dernière, le KMF/Cnoe a organisé un atelier d’échange sur l’inscription sur la liste électorale à l’espace culturel Akamasoa Manantenasoa. Cela, afin de réduire les risques de défaillance sur la liste électorale en vue des législatives.

Le numéro un du KMF/ Cnoe de dire ainsi que chacun est responsable dans cette noble mission. «Le problème viendrait-il des électeurs eux-mêmes ?», s’est-il interrogé.

Dans tous les cas, Andoniaina Andriamalazaray invite les prétendants à la députation à inciter eux-mêmes leurs électeurs à s’inscrire ou à vérifier leur nom dans la liste électorale. «Ce serait une solution efficace à moins de 10 jours de la date de clôture», a-t-il fait savoir.

Par ailleurs, la caution de 5 millions d’ariary suscite beaucoup d’interrogations. Le président du KMF/Cnoe craint ainsi que le montant plus ou moins élevé risque de tenter les députés à se faire rembourser.

«Une fois élus, les députés pourraient demander beaucoup d’indemnités pour se faire rembourser», a-t-il déploré. Cependant, le montant de la caution procure certains avantages comme la limitation des candidatures.

Quoi qu’il en soit, Andoniaina Andriamalazaray estime que l’impression des bulletins uniques devrait se faire dans le pays et non plus en Afrique du Sud. «Nous avons une imprimerie, alors pourquoi ne pas donner l’argent aux Malgaches ?», a-t-il conclu.

Tahina Navalona

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique