Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chute de rochers à Ampamarinana: 4 morts et 11 blessés

Chute de rochers à Ampamarinana: 4 morts et 11 blessés

Des blocs de pierre situés sur le versant Ouest de la colline de Manjakamiadana, se sont détachés de la roche-mère et ont fini leur chute sur les maisons en contrebas de la colline, dans le fokontany d’Ambanin’Ampamarinana. 4 personnes ont perdu la vie et 11 autres ont été blessées.

Le pire n’a pas pu être évité à Ambanin’ Ampamarinana.  Alors que les vigilances ont été presque  en berne, après ces quelques jours où dame pluie a cessé de s’abattre sur la capitale, les habitants ne s’attendaient pas au désastre. La belle journée de dimanche ensoleillé, s’est virée au cauchemar vers 10h17.

A cette heure précise, un violent coup comme une explosion de bombe s’est retenti  sur la colline de Manjakamiadana. Au moins cinq blocs de pierre, en phase d’altération venaient de se détacher de la roche-mère et ont dévalé la pente tout en détruisant sur leur passage  des maisons.  C’était spectaculaire car la chute a provoqué un énorme nuage de poussière.

«Etant à l’intérieur de nos maisons, nous n’avons pu imaginer tout de suite ce qui s’était passé au juste. Mais, à en juger l’ampleur du coup que nous avons entendu, nous avons pensé qu’il s’agit de la foudre ou même d’un crash d’avion. C’est une fois sorti à l’extérieur qu’on a pu apercevoir la situation» a témoigné une mère de famille demeurant du côté de Mahamasina.

Le bilan de ce nouveau drame est très lourd. D’après les données du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), cet éboulement de rocher a terrassé sept maisons, dont quatre complètement réduites en miettes en seulement quelques secondes.

Sur le plan humain, 15 personnes ont été touchées, dont quatre n’ont pas survécu. Il s’agit de trois adultes et un enfant. Selon la source auprès de l’établissement hospitalier où les 11 blessés sont évacués d’urgence, quatre d’ entre eux sont dans un état grave. Leur pronostic vital est engagé. L’Etat a pris en charge les soins médicaux des victimes, conformément à l’instruction du président de la République, Andry Rajoelina.

Zones à haut risque

Il semblerait que les bonnes conditions climatiques de ces quelques jours ont fait baisser la vigilance des habitants, contrairement aux instructions lancées à maintes reprises par le BNGRC, surtout après l’éboulement meurtrier dans le quartier de Tsimialonjafy- Andohalo, il y a deux semaines.

«Il est bel et bien vrai que le BNGRC nous a recommandés de redoubler de vigilance, en surveillant les environs de nos demeures et d’aviser les responsables en cas de quelconques fissures ou de menaces d’effondrement de rocher ou même de quitter les lieux. Mais, on ne s’attendait pas à assister à une telle catastrophe, alors que le temps a été quasiment beau depuis quelques jours», s’est regrettée la famille de l’une des victimes.

Le chef de service de l’étude et veille, le Dr Lalah Andriamirado a souligné que «tous ces rochers sur la colline de Manjakamiadana, qui se détachent déjà de leur roche-mère, risquent à tout moment de s’écrouler, pendant ou en dehors de saison pluvieuse. Le moindre mouvement, comme les séismes à très faibles magnitudes, se produisant tous les jours dans la capitale, en tant que zone sismique, peuvent causer leur chute».

D’ailleurs, une étude  effectuée en 2015  par le BNGRC et ses partenaires,  et confirmée par une évaluation menée au mois de janvier, a fait ressortir que plus de 2.000 toits sur la colline de Manjakamiadana sont situés en zone rouge. C’est –à-dire en danger imminent de glissement de terrain.

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.